28 mai 2022

L’Opérationnalisation de la plateforme des compétences féminines burundaises

« Il s’est alors avéré nécessaire de mettre en place une plateforme électronique des compétences féminines (Ihuriro ngurukanabumenyi ry’abahinga b’abarundikazi) afin de permettre aux femmes et filles burundaises de mettre en évidence leurs compétences et capacités et à défier tous les préjugés faussement développés et/ou entretenus à leur encontre ».

Felix NGENDABANYIKWA, Secrétaire Permanent au Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre (Photo d’archive par Elie HARINDAVYI)

C’est ce qu’a dit Monsieur Felix NGENDABANYIKWA, Secrétaire Permanent au Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre lors de l’ouverture de l’atelier d’information, des sensibilisation et vulgarisation de la plateforme des compétences féminines auprès des hauts cadres de l’Etat et des différents ministères, tenu a Bujumbura en date du 3 et 4 Mai 2022.

Il a indiqué qu’en s’inspirant des différents instruments internationaux, régionaux et sous régionaux sur l’égalité des droits entre les femmes et les hommes, le Burundi a décidé de renforcer ses engagements en matière d’égalité de genre en élaborant des cadres législatifs, politiques et programmatiques d’intervention visant la réalisation de l’équité et l’égalité des droits entre les femmes et les hommes.

Selon NGENDABANYIKWA, La Conférence de Beijing de 1995 a été un des catalyseurs de la rédaction de la Politique Nationale Genre en 2003 et ses divers plans d’actions.

Les participants (photo par Elie HARINDAVYI)

Ainsi, il a rappelé que l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi signé en 2000 garantit un minimum de 30% aux femmes dans les postes de prise de décision, ce qui est repris chaque fois par la Constitution de la République du Burundi dont celle révisée en 2018.

Sur base de ces instruments, Monsieur Felix NGENDABANYIKWA a précisé que le Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre a alors produit la Politique Nationale Genre (PNG), la première version en 2003 et la deuxième pour la période 2012-2025 adaptant celle de 2003 à l’orientation des outils de planification à savoir la Vision Burundi 2025 et le Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte contre la Pauvreté deuxième génération (CSLP II) 2011-2015, actuellement suppléé par le Plan National de Développement (PND) 2018-2027.

Il a ajouté que l’évaluation des Plan d’Action 2004-2008 et 2012-2016 de la PNG a identifié plusieurs défis liés aux différents secteurs d’intervention, y compris le manque ou la méconnaissance des compétences féminines dans différents domaines scientifique et/ou socioéconomique.

Conséquemment, il a signalé que la prise en compte des femmes est souvent négativement impactée aux motifs que ces dernières ne disposeraient pas de prérequis scientifiques et/ou académiques pour occuper tel ou tel poste.

Les participants (photo par Elie HARINDAVYI)

Et pourtant, il a dit que bien de femmes burundaises disposent d’un cursus scientifique et/ou académique indéniable et ont déjà fait montre de leadership et de célébrité aussi bien au niveau national qu’international.

Par ailleurs, Monsieur Felix NGENDABANYIKWA a signalé que le cursus académique ne serait être le seul critère déterminant pour confirmer ou infirmer les compétences féminines, en ce sens que beaucoup de femmes de niveau intermédiaire ont fait montre de performances en termes de leadership, de création d’emploi, de gouvernance etc…

Les participants (photo par Elie HARINDAVYI)

Il aussi dit que c’est pour cela que, dans le cadre du Projet « Appui à l’Egalité de Genre et à la lutte contre les violences sexuelles et celles basées sur le genre » exécuté en partenariat avec le PNUD, le Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre  vient de mettre en place une vitrine  qui sera accessible électroniquement afin que toute personne y compris les décideurs politiques puisse s’en servir ou s’y référer.

Il a précisé que cette plateforme des femmes sera mise en interconnexion avec la Base de données genre nationale afin que les informations et expertises enregistrées servent également à alimenter la base de données.

Signalons que le lancement officiel de cette plateforme avait été fait par Son Excellence la première Dame du Burundi, en date du 25 janvier 2022 à Bujumbura Garden.

Elie HARINDAVYI

Le Coordonnateur de la Cellule de Communication et d'Information du Ministère des Droits de la Personne Humaines, des Affaires Sociales et du Genre

Voir tous les articles de Elie HARINDAVYI →