90.83 % des réalisations, une note...

90,83% sont des points obtenus lors de l’évaluation du Plan d’Action Annuel (PAA) du Gouvernement au cours du premier trimestre de l’année 201...

STATEMENT BY THE MINISTER OF HUMAN ...

On October 15 of each year, Burundi joins with other countries of the world to celebrate World Rural Women's Day since its institutionalization at...

ITANGAZO RISHIKIRIJWE N’UMUSHIKIR...

Kw’igenekerezo rya 15 gitugutu uko umwaka utashe, uburundi burifatanya n’amakungu mu guhimbaza umusi mukuru mpuzamakungu wahariwe umukenyezi m...

DECLARATION DU MINISTRE DES DROITS ...

Le 15 octobre de chaque année, le Burundi se joint aux autres pays du monde pour célébrer la Journée Mondiale dédiée à la Femme Rurale dep...

90.83 % des réalisations, une note satisfaisante

90,83% sont des points obtenus lors de l’évaluation du Plan d’Action Annuel (PAA) du Gouvernement au cours du premier trimestre de l’année 2019-2020.

Martin NIVYABANDI, Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre (Photo par Elie HARINDAVYI)

Lors de l’ouverture des Activité d’évaluation des réalisations du 1er trimestre de l’année 2019-2020 le Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre (MDPHASG qui se tient à Bujumbura ce Mardi, le 08 octobre 2019.

Martin NIVYABANDI a dit : «Dans la conduite de l’activité d’évaluation des activités du premier trimestre, nous allons confronter nos prévisions aux résultats réellement atteints pour bien cerner les facteurs ayant induit de bons résultats afin de les renforcer et de les capitaliser pour le reste de l’exercice 2019-2020. Un intérêt particulier sera porté sur les facteurs qui ont constitué des embûches au cours de notre cheminement. Cela nous permettra d’adopter les meilleures stratégies qui puissent nous permettre d’atteindre le meilleur score à la fin de l’exercice 2019-2020.»

Martin NIVYABANDI (à gauche) Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre avec Ir Felix NGENDABANYIKWA (à droite), son Secrétaire Permanent lors de l’ouverture des activités de la journée (photo par Elie HARINDAVYI)

Martin NIVYABANDI a rappelé que le Gouvernement  a mis en place un Comité d’Evaluation des Performances des Organes Publics (CEPOP) pour encadrer les différents Ministères en  instaurant  un système d’évaluation périodique des activités

Il a indiqué que le  Ministère a mis e place une Cellule de Planification, Suivi-Evaluation et Statistiques pour pouvoir apporte un appui technique aux différents services dans la réalisation de leurs activités et dans l’évaluation interne des activités réalisées.

Martin NIVYABANDI (à droite) Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre avec Maître Elisa NKERABIRORI (à gauche), son Assistant lors de l’ouverture des activités de la journée. (photo par Elie HARINDAVYI)

Le Ministre NIVYABANDI a aussi  rappelé à  l’assemblée présente que  la précédente évaluation du  04 juillet 2019 concernait l’évaluation  du  degré de réalisation des  Plans d’Actions annuels 2018-2019, ce qui fut  une belle occasion de clôturer l’année 2018-2019 en beauté, mais aussi un bon élan pour entamer l’année en cours.

Il a informé les participants que pendant cette séance d’évaluation des activités du premier trimestre 2019-2020 on va confronter les prévisions par rapport aux résultats réellement atteints pour bien cerner les facteurs ayant induit de bons résultats afin de les renforcer et de les capitaliser pour le reste de l’exercice 2019-2020.

Vue partielle des Participants (Photo par Elie HARINDAVYI)

Il a mentionné les facteurs d’embuches au cours du cheminement,  ce qui permettra l’adoption des meilleures stratégies  d’atteindre le meilleur score à la fin de l’exercice.

Il a enfin transmis le message de félicitation de la part de Son Excellence Pierre NKURUNZIZA, Président de la République du Burundi, envoyé  aux services du Ministère en charge des droits humains  pour avoir réalisé les activités annuelles de 2018-2019 à un taux  de plus de 80%.

  1. L’évaluation proprement dite

 

NDAYEGAMIYE Salvator, le conseiller chargé du suivi évaluation au MDPHASG en même temps présentateur des résultats de l’évaluation des  activités planifiées au premier trimestre 2019-2020 centrées sur 13 objectifs  avec 20 actions à mener.

Salvator NDAYEGAMIYE, Conseiller chargé de la planification et du Suivi évaluation au Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre (photo par Elie HARINDAVYI)

Il a dit que 13 actions  ont été réalisées, 2 sont inscrites dans le PAA du Gouvernement déjà réalisées mais non  comptabilisées dans les réalisations du 1er trimestre 2019-2020, et 5 actions n’ont pas été évaluées dû aux lenteurs liées au décaissement des fonds à temps au niveau du Ministère en charge des Finances.

Monsieur Salvator a indiqué que les actions réalisées et non évaluées suite au manque de moyen,  seront programmées vers  la fin du trimestre 2019-2020.

 

 

Dévote NDAYIRAGIJE, Conseillère au Secrétariat Permanent chargée de la Cellule des CDFC (Photo par Elie HARINDAVYI)

Selon Madame Dévote NDAYIRAGIJE, Conseillère au Secrétariat Permanent du MDPHASG  chargée de la Cellule des Centres de Développement Familial et Communautaire (CDFC) a précisé que 310 actions planifiées ont toutes ont été réalisées avec un taux moyen de 89,1% au niveau des CDFC.

Elle a ajouté les CDFC n’ont de budget propre à eux, les activités réalisées sont programmées au niveau des différentes Directions Générales.

  • Les principales Recommandations

Au cours des échanges, il a été suggéré ce qu’il y ait:

  • La sensibilisation des acteurs des Mutuelles de Santé pour prendre en compte la création d’autres mutuelles dans leurs planifications sont d’une impérieuse nécessité, exigeant un appui et un accompagnement avérés (SEP/CNPS) ;
  • L’appui aux descentes dans les lieux de privation de libertés et à la rédaction des rapports périodiques, revoir à la hausse les budgets y relatifs;
  • La production des rapports sur la situation du respect des droits de l’homme au Burundi,
  • un renforcement de capacités en matière de rapportage;
  • L’amélioration des résultats pour le 2ème Trimestre 2019-2020 ;
  • Le respect des délais de transmission des rapports  mensuels ;
  • L’implication de tout le personnel dans les activités ;
  • La réflexion très poussée sur la façon de  rapporter sur les activités en rapport avec l’assistance des vivres et non vivres donnée aux vulnérables de plusieurs secteurs;
  • Faire un document unique d’identification des vulnérable bénéficiaires des vivres et non vivres pour minimiser les dépenses et gagner du temps ;

Pré-validation des du premier annuaire statistique

Après l’évaluation, Madame Louise HABONIMANA a passé à la présentation  du premier annuaire statistique pour son analyse et pré-validation avant de le présenter au Comité Technique de l’Information Statistique.

Louise HABONIMANA, conseillère au Secrétariat Permanent chargée de la Cellule Statistique (Photo par Elie HARINDAVYI)

Durant sa présentation, elle s’est basée sur l’organisation, missions et fonctionnement du Ministère des Droits de la personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre,  la méthodologie utilisée, les définitions de quelques concepts et sur les tableaux des données statistiques de tous les secteurs d’intervention du Ministère à savoir la protection sociale, les droits humains, et le genre.

Signalons que c’est pour la première fois que le Ministère met en place un document contenant les données statistiques du Ministère depuis sa création.

STATEMENT BY THE MINISTER OF HUMAN RIGHTS, SOCIAL AFFAIRS AND GENDER AT THE OCCASION OF THE CELEBRATION OF THE INTERNATIONAL DAY OF RURAL WOMEN, 2019 edition.

  1. On October 15 of each year, Burundi joins with other countries of the world to celebrate World Rural Women’s Day since its institutionalization at the United Nations World Conference on Women, held in Beijing, China, 1995.
  1. Martin NIVYABANDI, the minister of Human Rights, Social Affairs and Gender (Picture by Elie HARINDAVYI)

    The objective pursued through the celebration of this Day is to highlight, once a year, the fundamental role of rural women in the society. It is an opportunity for various stakeholders to assess the step already taken in promoting the rights of rural women, to identify the existing opportunities as well as the challenges that hinder the full development of rural women in their daily lives.

  1. With the evolution of the world, while preserving the cultural value of her country, the rural woman on her side has undertook the way of economic development, in order to contribute, as a whole citizen of the nation, not only to his own development, but also to that of his country.
  1. The international theme is « Sustainable Infrastructure, Access to Public Services and Social Protection for Gender Equality and the Empowerment of Rural Women and Girls », while at the national level the theme is: : « Support rural women’s access to sustainable infrastructure and social protection services ».
  1. This theme proposes to reflect on innovative ways to advance gender equality and women’s empowerment, particularly in the areas of social protection, access to public services and the construction of sustainable infrastructure.

6. The Theme comes at the right moment when the Government of Burundi dedicated this year to social protection, in order to advance this important sector that affects all sectors of human life. Significant progress has been made: we notably mention the implementation of the cash transfer program for more vulnerable households, including rural women, the establishment of the National Solidarity Day, the improvement of maternal health services and the child, quality education for all, sustainable community infrastructure such as roads, hospitals, markets, water fountains that improve women’s access to basic services, and so on.

7. At the national level, the official ceremonies marking this day will be held in Ngozi Province on October 18, 2019.

8. To this end, we make a strong appeal to all Burundians to make this day, the expression of recognition and encouragement for rural women pillar of sustainable development of the country.

9. We wish a happy birthday to all rural women.

10. Thank you. God bless you !

ITANGAZO RISHIKIRIJWE N’UMUSHIKIRANGANJI W4AGATEKA KA ZINA MUNTU, IMIBANO N’ITERAMBERE RIDAKUMIRA MU NTUMBERO YO GUHIMBAZA UMUSI MUKURU MPUZAMAKUNGU WAHARIWE UMUKENYEZI MWIRIMIZI.

  1. Kw’igenekerezo rya 15 gitugutu uko umwaka utashe, uburundi burifatanya n’amakungu mu guhimbaza umusi mukuru mpuzamakungu wahariwe umukenyezi mwirimizi kuva ishizwe n’inama mpuzakungu yabereye i Beijing mu Bushinwa mu mwaka 1995.
  1. Nyakubahwa Martin NIVYABANDI, Umushikiranganji w’Agateka ka Zina Muntu, Imibano n’iterambere Ridakumira igihe yariko arasoma itangazo

    Intumbero nyamukuru yo guhimbaza uwo musi, ni ukugaragaza rimwe mu mwaka uruhara rw’umukenyezi mwirimizi. Ni kandi akaryo ko kwirimbura kurabo bose bafise uruhara mu guteza imbere umukenyezi mwirimizi, no kurabirahamwe intambamvyi zimubuza kw’isanzura mu gateka kiwe mu buzima bwa misi yose.

  1. Turavye aho isi igeze, igihugu cose kikabungabunze imico n’imigezo yaco, biragaragara ko Umukenyezi mwirimizi afise uruhara ntangere mw’iterambere ry’umuryango n’iryigihugu.
  1. Icivugo c’Uno mwaka ku rwego Mpuzamakungi ni : «Inyubakwa rusangi ziramba, aho abenegihugu batunganirizwa n’imigambi irashe ya gukinga no gutegekanya kazoza kuri bose tutibagiye ubwigenge bw’abakenyezi n’abigeme»,  tandisque au niveau national le thème retenu est :«Dushigikire Umukenyezi mwirimizi ashikire inyubakwa rusangi  ziramba n’imigambi irashe yo gutegekanya kazoza».
  1. Ico civugo kiza gishimangira ivyiyumviro vyose bituma haba iterambere rirama na cane cane mu gukinga no gutegekaniriza kazoza abenegihugu, bagatunganirizwa ata wandya wangura n’ishirwaho ry’inyubako rusangi zikomeye.
  1. Iki civugo kije kandi mu gihe Leta y’Uburundi yahariye uno mwaka uwo gukinga no gutegekaniriza kazoza abenegihu. Hari vyinshi bimaze kurangurwa. Aha twovuga nk’ishirwaho ry’umugambi Merankabandi, uhereza amahea abenegihugu bafise amikoro make, nabo ngo batere ontambwe mw’iterambere, ishirwaho ry’umunsi wo gushigikirana mu kibano, kubandanya kuvuza abavyeyi n’abana kubuntu, guteza imbere indero, kubaha amabarabara, amavuriro, amasoko, no kwegereza amazi meza abenegihugu. Ivyo bituma ukunyezi yoroherwa mu mirimo yiwe ya misi yose.
  1. Ngaha mu gihugu cacu, ibirori vyo guhimbaza uwo musi mukuru bizobera mu ntara ya Ngozi kw’igenekerezo rya 18 gitugutu 2019.
  1. Duhamagariye abenegihugu guhimbaza uwo musi mukuru mu kugaragaza ko bashigikiye bivuye inyuma umukenyezi mwirimizi we nkingi y’iterambere ry’igihugu.
  1. Twipfurije Umusi Mukuru mwiza abakenyezi bose birimizi.
  1. Murako ! Imana Ibahezagire !

DECLARATION DU MINISTRE DES DROITS DE LA PERSONNE HUMAINE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DU GENRE A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME RURALE, édition 2019.

  1. Le 15 octobre de chaque année, le Burundi se joint aux autres pays du monde pour célébrer la Journée Mondiale dédiée à la Femme Rurale depuis son institutionnalisation lors de la Conférence Mondiale des Nations Unies sur les femmes, tenue à Beijing en Chine, en 1995.
  1. Martin NIVYABANDI, Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre Lors de la lecture de la Déclaration

    L’objectif poursuivi à travers la célébration de cette Journée est de mettre en évidence, une fois par an, le rôle fondamental de la femme rurale dans la société. C’est une occasion pour différents intervenants d’évaluer le pas déjà franchi dans la promotion des droits de la femme rurale, identifier les opportunités existantes ainsi que les défis qui handicapent le plein épanouissement de cette dernière dans sa vie quotidienne.

  1. Avec l’évolution du monde, tout en gardant la valeur culturelle de son Pays, la femme rurale de son côté a abordé les domaines moteurs du développement économiques, afin de pouvoir contribuer, en tant que citoyenne entière de la nation, non seulement à son propre développement, mais également à celui de son Pays.
  1. Le thème retenu au niveau international est : « Infrastructures durables, accès aux services publics et protection sociale au service de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes et des filles rurales », tandisque au niveau national le thème retenu est :« Soutenons l’accès des femmes rurales aux infrastructures durables et aux services de protection sociale ».
  1. Ce thème propose de réfléchir sur les moyens innovants permettant de faire progresser l’égalité de genre et l’autonomisation des femmes, notamment dans les domaines de protection sociale, d’accès aux services publics et dans la construction des infrastructures durables.
  1. Le Thème intervient à point nommé, au moment où le Gouvernement du Burundi a dédié cette année à la protection sociale, afin de faire avancer ce secteur important qui touche tous les secteurs de la vie humaine. Des avancées importantes sont atteints : nous citons notamment la mise en œuvre du programme de transfert monétaire pour les ménages plus vulnérables dont les femmes rurales , l’instauration de la journée nationale de la Solidarité locale, l’amélioration des services de santé de la mères et de l’ enfant, l’éducation de qualité pour tous, des infrastructures communautaires durables comme les routes, les hôpitaux, les marchés, les fontaines d’eau améliorant l’accès des femmes aux différents services de base, etc.
  2. Au niveau national, les cérémonies officielles marquant cette journée se tiendront en Province de Ngozi en date du 18 octobre 2019.
  1. A cet effet, nous lançons un appel vibrant à tous les burundais de faire de cette journée, l’expression de reconnaissance et d’encouragements en faveur des femmes rurales pilier du développement durable du pays.
  1. Nous souhaitons une bonne fête à toutes les femmes rurales.
  1. Je vous remercie. Que dieu vous bénisse !

KAULI YA MHESHIMIWA WAZIRI WA HAKI ZA BINADAMU USTAWI WA JAMII NA JINSIA KUHUSU MAADHIMISHO YA SIKU YA KIMATAIFA YA MSICHANA, toleo la 2019

1. Mnamo Oktoba 11 ya kila mwaka, Burundi inajiunga na nchi zingine za ulimwenguni kusherehekea Siku ya Kimataifa ya Msichana. Ni siku ya kujiuliza, ya utetezi ya mwamko na ya kujitolea kwa msichana.

Mhashimiwa Waziri wa Haki za Binadamu, Ustawi wa Jamii na Jinsia Bwana Martin NIVYABANDI akisoma tanganzo kuhusu maadhimisho ya Sikuu Kuu ya Kimataifa ya Msichana (picha na Elie HARINDAVYI)

2. Leo, msichana wa Burundi anakabiliwa na changamoto kubwa: kutomaliza masomo darasani kama inavyotakiwa, na hivyo kutofika kwa ukuaji wake halisi.

3. Siku hii inakuja wakati ambapo Serikali ya Burundi inafurahiya uwepo wa mfumo wa udhibiti na njia zinazofaa kukuza na ulinzi wa wasichana. Tunanukuu kuanzishwa kwa shule ya msingi hadi mwaka tisa  ambayo inaruhusu wanafunzi kufikia ukomavu fulani kuelewa faida za kusoma. Kwa upande mwingine, kupata ujuzi muhimu unaowawezesha kujumuishwa kikamilifu katika maisha ya kiuchumi na kijamii bila ugumu.

4. Kwa hivyo mada ya maadhimisho yaliyochaguliwa kwa mwaka huu ni: « Kuhimiza maendeleo endelevu ya msichana wa Burundi ».

5. Mada hii inawataka watendaji wote wanaofanya kazi katika uwanja wa kukuza na kulinda wasichana kuwekeza zaidi katika kukuza haki zao, kinga yao na uundaji wa mazingira mazuri kwa maendeleo yake.

6. Kwa hivyo, wakati msichana anachukuliwa sawa sawa kama kaka yake katika familia, anapata elimu bora na haki zake zinalindwa, inamruhusu kutambua ndoto zake za maisha na kuweza kushiriki vizuri katika maendeleo ya nchi na familia yake kama mama anayestahili atakapofunga ndoa.

7. Ni katika muktadha huu kwamba Serikali ya Burundi inafanya kazi ya kulinda haki za wasichana na kuinua ufahamu wao ili wawe na heshima waachane na tabia ya upotevu, ila waweze kushiriki katika shughuli za maendeleo binafsi.

8. Nchini Burundi, sherehe rasmi za kuadhimisha siku kuu hiyo  zitafanyika tarehe 11 Oktoba, 2019 huko Gitega, mji mkuu wa kisiasa wa nchi yetu, katika maeneo ya  shule ya ufundi wa manesi ya Gitega.

9. Tunatoa wito kwa warundi wote kuja kwa wingi kwenye sherehe hizo hasa wakaaji wa Gitega na kuunga mkono kila msichana, aweze kupambana na Umasikini ili afike mahali pamaendeleo yake.

10. Tunawatakieni siku kuu Njema yenye furaha kwa wasichana wote

11. Asante! Mungu awakubariki!

 

STATEMENT BY THE MINISTER OF HUMAN RIGHTS, SOCIAL AFFAIRS AND GENDER AT THE OCCASION OF THE CELEBRATION OF THE INTERNATIONAL DAY OF THE GIRL, 2019 edition

1.   On October 11 of each year, Burundi joins other countries of the world to celebrate the International Day of the Girl. It’s a day of questioning, advocacy, awareness and commitment to the girl.

Martin NIVYABANDI, Minister of Human Rights, Social Affairs and Gender when reading the statement (Photo by Elie HARINDAVYI)

 2.   Today, the Burundian girl faces a major challenge: the non-completion of the school curriculum and consequently the non-arrival to her actual development. 

3.   This day comes at a time when the Government of Burundi is satisfied to have put in place a regulatory framework and mechanisms favorable to the promotion and protection of girls. We give an example of the introduction of the basic school. The merger of 6 years of primary and 3 years of high school into a single cycle that allows students to reach a certain maturity to understand the benefits of school in order to be graduated and on the other hand, to acquire the necessary skills enabling her to be effectively reintegrated into socio-economic life without difficulty. 

4.   Hence the theme of the celebration chosen for this year is: « Encourage the sustainable development of the Burundian girl ». 

5.   This theme calls on all actors working in the field of the promotion and protection of girls to invest more in the promotion of their rights, their protection and the creation of an environment conducive to His development. 

6.   Thus, when the girl receives equal treatment as her brother boy in the family receives a quality education and his rights are protected, it allows him to realize his dreams for life and to be able to participate effectively in development of the country and her family as a worthy mother after marriage. 

7.   It is in this context that the Government of Burundi is working to protect the rights of girls and to raise girls’ awareness of responsible and dignified behavior, as well as to carry out the activities of Self-development. 

8.   At the national level, the official ceremonies marking this day will take place on 11 October 2019 in Gitega, the political capital of the country, in the walls of the paramedical school of Gitega.

9.   In this regard, we make a strong appeal to everyone to come massively to these ceremonies and to make this day dedicated to the girl, the expression of an encouragement for every girl who has to fight to get to her development.

 10.    We wish a happy birthday to all the girls  

11.    Thank you! God bless you !

ITANGAZO RY ‘UBUSHIKIRANGANJI BW’AGATEKA KA ZINA MUNTU, IMIBANO N’ITERAMBERE RIDAKUMIRA RYEREKEYE IHIMBAZWA RY’UMUNSI MUKURU MPUZAMAKUNGU WAHARIWE UMWIGEME, édition 2019

  1. Kw’igenekerezo rya 11 Gitugutu Uburundi burifatanya n’amakungu mu guhimbaza Umusi mukuru mpuzamakungu wahariwe umwigeme. Ni akaryo ko kwibutsa, gukubitiza agatima mpembero no kwiyemeza gushigikira umwigeme.
  2. Nyakubahwa Martin NIVYABANDI, Umushikiranganji w’Agateka ka Zina Muntu, Imibano n’Iterambere Ridakumira Igihe yariko arasoma itangazo ryo guhimbaza Umusi mpuzamakungu wahariwe Umwigeme imbere y’amabenyeshamakuru (ifoto na Elie HARINDAVYI)

    Muri iki gihe, umwana w’umwigeme arahura n’ingorane zitandukanye : aha twovuga nko kutarangiza amashure nk’uko vyategerezwa.

  3. Uno mwaka, uwo munsi mukuru ushitse mugihe Leta y’Uburundi iheruka gutera intabwe muguteza imbere umwana w’umwigeme. Aha twovuga nk’ishirwaho ry’ishure shingiro. Gufatanya imyaka itandatu y’amashure y’intango n’itatu y’ay’isumbuye, bituma umwigene atahura neza akamaro k’ishure no kuyabandanya gushika arngije.  Ku rundi ruhande, iyo adashoboye kuyarangiza, aba amaze kuronka ubumenyi bumutuma yitunganya neza muri kazoza kiwe gutyo agashikira iterambere.
  4. Nico gituma icivugo c’uno mwaka kivuga kiti : «Dushigikire iterambere rirama ry’umwigeme w’umurundikazi».
  5. Ico civugo gihamagarira abo bose bakorera mu gisata c’iterambere ry’umwigeme kwitaho gusumba ku muteza imbere mu bisata vyose no kubahiriza agateka kiwe.
  6. Iyo umwigeme aronkejwe indero ibereye, akitabwaho bikwiye mu muryango, akongera  agakingirwa mu gateka kiwe cokimwe na musazawe mumuryango,  bituma yitegurira neza kazoza  kiwe, gurtyo akabona gushika ku ndoto ziwe zo mu  buzima no kuzovamwo umukenyezi abushitse.
  7. Ni muri iyo ntumbero Leta y’Uburundi yahagurukiye kurwanya ico cose kiza gihungabanya agateka k’umwigeme, ikongera igahimiriza abigeme kugendera akabanga no kwitwararika  ibikorwa vyo kwiteza imbere.
  8. Hano mu gihugu cacu, ibirori vyo guhimbaza uwo munsi mukuru bizobera ku Murwa Mukuru wa Politique mu ntara ya Gitega, kw’ishure ry’isumbuye ry’ubuvuzi kw’igenekerezo rya 11 Gitugutu 2019.
  9. Tukaba dutumiriye abarundi bose kuzitabira ivyo birori kandi ngo bahimbaze uwo musi mukuru wahariwe umwana w’uwigeme mu kanyamuneza, batera intege umwigeme wese kugira ashikire iterambere rirama.
  10. Turipfurije umusi mukuru mwiza abana b’abigeme bose.
  11. Murakoze ! Imana Ibahezagire !

 

DECLARATION DU MINISTERE DES DROITS DE LA PERSONNE HUMAINE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DU GENRE A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FILLE, édition 2019

  1. Le 11 Octobre de chaque année, le Burundi se joint à d’autres pays du monde pour célébrer la Journée Internationale de la Fille. C’est une journée d’interpellation, de plaidoyer, de prise de conscience et d’engagement au profit de la fille.
  2. martin NIVYABANDI, Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre entrain de lire la Déclaration à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de Fille

    Aujourd’hui, la jeune fille burundaise fait face à un défi important : le non achèvement du cursus scolaire et par conséquent la non-arrivée à son développement effectif.

  3. Cette journée intervient au moment où le Gouvernement se félicite d’avoir mis en place un cadre réglementaire et des mécanismes favorable à la promotion et protection de la fille au Burundi. Nous citons l’introduction de l’école fondamentale. La fusion des 6 années d’études primaires et 3 années du secondaire en un seul cycle qui permet aux écoliers d’atteindre une certaine maturité de comprendre les bienfaits de l’école afin de pourvoir choisir la continuer. D’un autre côté de se doter des compétences nécessaires leur permettant une réinsertion effective dans la vie socio-économique sans difficultés.
  4. D’où le thème de la célébration retenu pour cette année est :«Encourageons le développement durable de la fille burundaise».
  5. Ce thème interpelle tous les acteurs œuvrant dans le domaine de la promotion et de la protection de la fille à s’investir davantage en faveur de la promotion de ses droits, de sa protection ainsi que de la création d’un environnement favorable à son développement.
  6. Ainsi, lorsque la fille bénéficie d’un traitement égalitaire que son frère garçon au sein de la famille, reçoit une éducation de qualité et que ses droits sont protégés, cela lui permet de réaliser ses rêves pour la vie et pouvoir participer effectivement au développement du pays et de sa famille en tant que mère digne de son nom au moment où elle aura fondé son foyer.
  7. C’est dans ce cadre que le Gouvernement du Burundi s’attèle à la protection des droits de la fille et à la sensibilisation des filles en faveur d’un comportement responsable et digne, ainsi qu’à la réalisation des activités d’auto-développement.
  8. Au niveau national, les cérémonies officielles marquant cette journée auront lieu le 11 octobre 2019 à Gitega, capitale politique du pays, dans les enceintes de l’école Paramédicale de Gitega.
  9. A cet égard, nous lançons un appel vibrant à tout le monde à venir massivement à ces cérémonies et pour faire de cette journée dédiée à la fille, l’expression d’un encouragement pour chaque fille qui doit se battre pour arriver à son développement.
  10. Nous souhaitons une bonne fête à toutes les filles
  11. Je vous remercie ! Que Dieu vous Bénisse !

IJAMBO RISHIKIRIJWE NA NYAKWUBAHWA UMUSHIKIRANGANJI W’AGATEKA KA ZINA MUNTU, IMIBANO N’ITERAMBERE RIDAKUMIRA KU MUNSI MPUZAMAKUNGU WAHARIWE ABAGEZE MU ZABUKURU, UMWAKA W’IBIHUMBI BIBIRI NA CUMI N’ICENDA

Nyakubahwa Umushikiranganji w’Agateka ka Zina Muntu, Imibano n’Iterambere Ridakumira Martin NIVYABANDI igihe yariko arasoma itanga rijanye no guhimbaza umunsi Mukuru Mpuzamakungu wahariwe abageze muzabukuru (Photo par Elie HARINDAVYI)

  1. Umunsi Mpuzamakungu wahariwe Abageze mu Zabukuru wama uhimbazwa Igenekerezo rya mbere Gitugutu, uko umwaka utashe, mu ntumbero yo gushimangira ico Abageze mu Zabukuru batumariye twongera turabira hamwe ingorane bagiye barahura m’ubuzima.
  2. Ngaha mu Gihugu cacu, twashimye guhimbaza uwo musi mukuru ku civugo kivuga giti: « DUSHIGIKIRANE, TWIRINDE IKUMIRANA RIFATIYE KU MYAKA».
  3. Muti none Leta y’Uburundi yoba imaze gukorera iki abo bakurambere bacu? Haramaze gufatwa ingingo atari nke zo gushigikira abageze mu zabukuru, aha twovuga nk’izi zikurikira:
  • Kugiriranira amasezerano n’ibigo canke amashirahamwe yitaho abageze mu zabukuru, ivyo bikaba bituma tubaha agafashanyo (subsides) ku mwaka ku mwaka tutibagiye kubarihira amatara n’amazi ndetse n’ugufasha kugira ngo imfashanyo zivuye hanze zigenewe abageze mu zabukuru zibashikire atakirinze gutangwa;
  • Kugendera ivyo bigo tukabironsa ibipfungurwa n’ibindi bintu vya nkenerwa;
  • Kuvuza k’ubuntu ba ntahonikora bageze mu zabukuru;
  • Kutegekaniriza kazoza no kuvuza abageze mu zabukuru bahora ari abakozi ba Leta.
  1. Mu mwaka w’ibihumbi bibiri na cumi na kabiri (2012), Leta yarashizeho politike y’igihugu ijejwe gukingira no gutegekaniriza kazoza abenegihugu, aho tukabamenyesha ko n’umugambi ndetse n’ikigega (FAPS) bijanye bimaze gushigwaho. Ivyo navyo bikaba bijejwe kwitaho ubwa mbere abatishoboye, abageze muzabukuru nabo nyene badasigaye inyuma.
  2. Aha ntitwokwibagira kandi kuvuga icigwa cagizwe n‘Abafurera Bene Yozefu kijanye n’ugutororokanya ivyo abageze mu za bukuru bakenera mu buzima bwabo. Ico cigwa carashikirijwe icese ku mwaka uheze nk’aya mango, aho ndetse twaciye dufundikira hamwe ibikorwa nyamukuru twokora mu mwaka wose uhereye ico gihe gushika umusi tuzohimbariza uwundi musi mukuru wagenewe abakurambere bacu.  Ni naco gituma hategekanijwe uruganda rwo kurabira hamwe ivyaranguwe muri uyu mwaka uheze hisunzwe ivyo bikorwa vyari vyategekanijwe.
  3. Twagire kandi tuvuge ko iruhande y’ico cigwa, bisabwe na Leta y’Uburundi, habaye kandi icigwa co kuraba ko ibigo bishinzwe gutegekaniriza kazoza abakozi ba Leta vyoraba ingene ukubaho ku banywanyi bavyo kwokwisununura. Si ivyo gusa, bisabwe na Nyenicubahiro Umukuru w’igihugu cacu Petero NKURUNZIZA, haheruka gushigwaho umugwi ujejwe kurabira hamwe ingene abagezi muza bukuru bose bo mu gihugu cacu bovuzwa k’ubuntu, tukaba turindiranye igishika ibizova muri uwo mugwi.
  1. Naho tudondaguye ibitari bike Leta ikorera abageze mu zabukuru, ntitwokwirengagiza kandi ko hakiriho abakurambere atari bake bugarijwe n’ibibazo bitandukanye aha ndetse hakaba hariho n’abo duherutse gukura mw’ibarabara bari babeshejweho n’ugusegerereza. Leta y’Uburundi yiyemeje kubandanya ikora ukwo ishoboye kugira ngo buke buke abageze mu zabukuru bagende bagira akarusho, aha tukaba twemeza tudakekeranya ko inyishu ya mbere ibereye iri muri ca gikorwa co gushigikirana mu kibano catangura ubwa mbere mu gihugu cacu mu kwezi kwa mukakaro mu mwaka w‘2017.
  2. Ngaha mu gihugu cacu, uwo munsi uzohimbazwa ku munsi wa kabiri, igenekerezo rya 01 gitugutu, mu ntara ya Muramvya muri Komine Rutegama. Kakazoba ari akaryo keza ko gushigikira abageze mu zabukuru batishoboye kurusha abandi bazoba batowe n’abajejwe intwaro aho ndetse hazoca hashikirizwa n’ivyaranguwe bikomoka ku migambi n’ibikorwa vyatunganijwe hisunzwe ya  matohoza yagizwe n’umuryango w‘abafurera “BENEYOZEFU“ bashigikiwe n’ishirahamwe “Solidarité Mondiale“ kubijanye n’ivyankerwa vya misi yose kubageze mu zabukuru.
  3. Ku bageze mu za bukuru mwese, turabipfurije umunsi mukuru mwiza!!

DECLARATION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE MINISTRE DES DROITS DE LA PERSONNE HUMAINE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DU GENRE A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DES PERSONNES AGEES, EDITION 2019

Martin NIVYABANDI, Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre lors de la lecture de la déclaration à l’occasion de la Célébration de la Journée Internationale des Personnes Agées

  1. La Journée Internationale des Personnes Agées est célébrée chaque année le 1er Octobre afin de reconnaître les contributions des Personnes Agées et d’examiner les problèmes qui affectent leur vie.
  2. Le thème retenu au niveau national est «  UNISSONS-NOUS  POUR UNE PROTECTION SOCIALE  DE TOUS LES AGES ».
  3. Dans le cadre justement de cette protection, tout en n’étant pas exhaustif, les mesures suivantes ont été prises par le Gouvernement du Burundi :
  • La signature des conventions de partenariat avec les Centres et Associations œuvrant en faveur des personnes âgées avec comme corollaire l’octroi des subsides annuelles, le paiement des factures de l’eau et de l’électricité et l’exonération des biens et services destinés à cette catégorie en provenance de l’étranger ;
  • Visite et distributions des vivres et non vivres à ces centres et associations ;
  • L’assistance médicale aux personnes âgées vulnérables ;
  • La pension ainsi que la carte mutuelle de la fonction publique sont accordées aux retraités, etc.

4. Aussi, au cours de l’année 2012, notre Gouvernement s’est doté de la Politique Nationale de Protection Sociale et une stratégie nationale pour sa mise en œuvre est déjà en place de même que le Fonds d’Appui à la Protection Sociale « FAPS ». Cette Stratégie et ce fonds accordent une attention particulière aux groupes vulnérables en général et aux personnes âgées en particulier.

5. Notons également   que six stratégies envisageant la protection et les activités d’accompagnement en faveur des Personnes Agées ont été arrêtées le 1er octobre de l’année passée et cette année, on aura l’occasion d’évaluer les réalisations y relatives au moment des cérémonies marquant la présente journée.

6. En plus de l’étude de faisabilité pour les soins de santé gratuits au profit de toutes les personnes âgées qui a été commanditée par le Gouvernement du Burundi, ce dernier a déjà aussi recommandé aux institutions de sécurité sociale de voir dans quelle mesure améliorer la pension liée à la retraite.

7. Malgré toutes ces mesures prises par le Gouvernement, nous sommes sans ignorer qu’il y a des personnes âgées qui se trouvent encore dans des conditions très critiques et d’autres qui viennent d’être retirés de la rue. Pour toutes ces difficultés que rencontrent les personnes âgées, le Gouvernement du Burundi s’engage à ne ménager aucun effort dans la limite des moyens à sa disposition en vue de toujours leur prêter mains fortes et nous sommes convaincus que le premier remède viendra de cette solidarité locale qui a été lancée au mois de juillet 2017.

 8. Dans notre pays, cette journée sera célébrée le mardi, 01er  octobre 2019 dans la Province de Muramvya, Commune Rutegama où il sera question d’appuyer et d’assister en vivres et non vivres  les personnes âgées vulnérables identifiées et procéder également à l’évaluation des réalisations qui ont été faites durant l’année écoulée par rapport aux six stratégies arrêtées, résultant de la restitution de l’étude sur les besoins des personnes âgées réalisée par la Congrégation des Frères « BENEYOZEFU » avec le soutien de l’Organisation Solidarité Mondiale.

9. Bonne fête à toutes les personnes âgées !!