25 juillet 2024

Le Groupe Sectoriel Genre est un cadre privilégié de coordination inter-institutions

Dans le cadre de mieux coordonner les interventions en matière du genre, le Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre a organisé en date du 26/6/2024 à Bujumbura, une réunion du Groupe Sectoriel Genre.
Dans son discours d’ouverture de cette réunion, Hon. Imelde Sabushimike, Ministre ayant le genre dans ses attributions, a fait savoir que le Groupe Sectoriel Genre (GSG) est un cadre privilégié de coordination inter-institutions de haut niveau chargé notamment de « fournir un appui, une orientation et des conseils stratégiques aux équipes de pays afin qu’elles soient à mesure d’intensifier leurs efforts en matière de prise en compte de la problématique femmes-hommes ».
Elle a souligné que ce groupe constitue le meilleur cadre formel de rencontre et d’échanges entre le Gouvernement et les partenaires au développement afin de se concerter sur les réalisations, les défis et projections en matière d’égalité de genre.
Elle a mentionné que l’opérationnalisation des Groupes Sectoriels constitue la meilleure stratégie de mise en œuvre des recommandations du Forum National sur le Développement du Burundi qui a été tenu en dates des 18 au 19 novembre 2021 afin de faire une analyse critique et mener des réflexions sur les voies et moyens de faire du Burundi un Pays émergent d’ici 2040 et développé en 2060.
Elle a continué en disant que l’atteinte de cet objectif exige la conjugaison des efforts de tout un chacun en vue de se focaliser sur un certain nombre d’enjeux et de défis comme la promotion de l’égalité de genre, le renforcement de la cohésion sociale, la lutte contre les Violences Basées sur le Genre, l’amélioration du bien-être de toutes les couches de la population en général et de celui des groupes vulnérables en particulier comme les femmes victimes des Violences Basées sur le Genre.
 
Au cours de cette réunion, en plus d’être informés sur l’état des lieux de la mise en œuvre des priorités du GSG, les participants ont eu l’occasion d’échanger sur les conclusions concertées de la 68è Session de la Condition de la Femme, la Base de données Genre Nationale et la Plateforme des Compétences Féminines ainsi que quelques propositions d’amendement au code des personnes et de la famille en matière du genre.