DECLARATION DE S.E.M. Martin NIVYABANDI, MINISTRE DES DROITS DE LA PERSONNE HUMAINE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DU GENRE ET CHEF DE LA DELEGATION DU BURUNDI A l’ OCCASION DE LA 63ème SESSION DE LA COMMISSION DE LA CONDITION FEMININE, New York, 13 mars 2019

Madame la Présidente ;

Distingués délégués,

Mesdames, Messieurs ;

Au nom du Gouvernement du Burundi et à notre propre nom, nous avons  l’honneur de transmettre les chaleureuses salutations et les encouragements de Son Excellence Monsieur Pierre NKURUNZIZA, Président de la République du Burundi aux participants à cette 63ème Session de la Commission de la Condition de la Femme.

Nous félicitons vivement tous les membres du bureau particulièrement S.E. Mme Geraldine Byrne Nason pour avoir été élue Présidente de nos travaux.

Madame la Présidente ;

D’entrée de jeu, ma délégation voudrait s’aligner pleinement à la déclaration faite par le Nigéria au nom du Groupe des Etats Africains et celle de l’Etat de Palestine au nom du groupe des G77+ la Chine.

Il n’est pas superflu de rappeler que mettre la Femme au centre de toute action dans la société n’est pas une faveur à lui faire mais plutôt lui rendre ses droits. La laisser de côté constitue un acte condamnable humainement, spirituellement, politiquement et moralement .Nous devons nous lever pour promouvoir un monde plus égalitaire où tous les sexes ont le même droit pendant la prise  des décisions qui concernent l’Humanité. Nous profitons de l’occasion pour rendre hommage à la femme burundaise dont le courage constitue la fierté du Pays et du Monde.

Un effort particulier a été fait pour atteindre un taux de représentativité de 47% au sénat ,36% à l’Assemblée Nationale ,57% des dirigeants des cours d’Appel,30% au Gouvernement , plus de 33 % dans l’administration Communale ,plus de 35 % dans les commissions Nationales Spécialisées ,…mais le chemin reste long .

Depuis son adhésion au Programme d’Action de Beijing, le Burundi est à son 3ème Plan d’Action de mise en œuvre de sa politique nationale Genre qui a l’objectif global de contribuer intégralement à l’égalité de genre et à l’autonomisation des femmes pour un développement durable.

La mise en œuvre de ces plans successifs a permis d’atteindre des résultats remarquables notamment en matière d’autonomisation des femmes ; le travail en synergie entre les Acteurs étatiques, la société civile et les partenaires au Développement étant la meilleure stratégie .Une plate-forme Femme a été créée  dans ce sens.

Concernant le thème d’évaluation, le Burundi enregistre entre autres comme résultats, une législation qui promeut l’entreprenariat féminin, la promotion des Fonds de garantie des microprojets des femmes, la mise à l’échelle nationale en cours de l’approche   d’épargne et de crédit VSLA (Village Save Loan Association) en faveurs des femmes rurales. En plus, signalons l’élaboration en cours du Programme national d’autonomisation économique des femmes pour stimuler davantage l’envol des femmes du Burundi vers leur autonomisation.

Quant au thème prioritaire de cette année, le Burundi se réjouit des progrès significatifs réalisés en matière du développement d’une approche de protection sociale relativement complète et sensible au genre.

En effet, depuis 2011, le Burundi dispose d’une Politique Nationale de Protection sociale et d’une Stratégie de sa mise en œuvre, depuis 2015, reposant sur un cadre légal égalitaire entre les femmes et les hommes et équitable à l’égard des groupes spéciaux.

En termes de progrès, nous pouvons noter :

  1. Gratuité de l’enseignement fondamental pour tous les écoliers des établissements publics. Les filles qui étaient sacrifiées au profit des garçons dans la famille ont eu la chance d’étudier et la parité a été atteinte. En 2018,il y avait +51% de filles contre + 49% de Garçons dans l’Enseignement fondamental (Cycle de 9 ans )
  2. Gratuité des soins de santé pour les enfants de moins de 5 ans et de tous les soins liés à la maternité. Les femmes qui accouchent dans des structures de santé est passé de 40% en 2005 à 85% en 2018
  3. Campagnes de vaccination accrues qui ont permis d’atteindre un taux de plus de 95 %.
  4. Investissement accru dans le secteur agricole, secteur d’emploi de la majorité des femmes Burundaises.

Les Acteurs se sont imposés une synchronisation des outils suivants :

  1. le Plan National de Développement (PND)2018-2027 qui accorde une priorité à des programmes d’égalité des sexes et l’autonomisation de la Femme .
  2. La Politique Nationale de Protection Sociale qui condense les actions à mener pour assurer le bien de la population (sécurité sociale, assurance santé-Maternité, Assistance sociale, Sécurité Alimentaire, travaux HIMO,….). Une Commission Nationale de protection sociale est présidée par le Président de la République lui –même. Un comité technique regroupe 11 ministères et des Représentants des Partenaires techniques et Financières .La Commission Nationale est décentralisée jusqu’à la Commune
  3. Un registre social unique en constitution pour un seul instrument de référence pour la protection sociale aux populations vulnérables

 

8.   Loi n°1/013 du 22 septembre 2016 portant prévention, protection des victimes et répression des violences basées sur le genre qui fait aussi la promotion de l’égalité des sexes

9.   Elaboration d’un Programme d’autonomisation de la Femme

Madame la Présidente ;

        Auguste Assemblée ;

Face à certains défis persistants relatifs à l’accès de tous aux systèmes de protection sociale, aux services publics et aux infrastructures publics, le Burundi s’engager à poursuivre ses efforts pour entre  autre :

  • La mise en œuvre des programmes de sensibilisation pour éradiquer les pratiques sociales et culturelles qui servent de socle aux violences basées sur le genre dont la femme et la fille sont souvent victimes ;
  • Le renforcement de la prise en compte du genre dans les politiques et les planifications et budgétisations sectorielles ;
  • L’extension progressive de la couverture de la Protection Sociale à toute la population particulièrement aux secteurs informel et rural ;
  • La prise en compte de la dimension Genre dans la conception des infrastructures d’intérêt public ;
  • L’éradication des stéréotypes liés au genre en milieu scolaire.

Pour atteindre ces objectifs, le Burundi sollicite l’appui de la communauté internationale aux efforts nationaux. Pour être efficaces, ces appuis devraient s’alignement pleinement aux priorités nationales du nouveau plan décennal de développement du Burundi PND-2018-2027.

Madame la Présidente, avant de conclure mon propos, ma délégation réitère encore une fois, le ferme engagement du Gouvernement du Burundi à œuvrer pour l’égalité de genre et à l’autonomisation des femmes pour un développement durable.

 

                             Je vous remercie de votre aimable attention !

Comments are closed.