26 septembre 2022

La meilleure façon de lutter contre les VSBG est le renforcement du pouvoir économiques de la femme

C’est ce qu’a indiqué l’Hon. Imelde SABUSHIMIKE, Ministre de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre ce lundi le 6 septembre 2022 à Gitega lors de l’ouverture de la formation des membres du Forum National des Femmes(FNF) sur la lutte contre les violences sexuelles et celle basée sur le genre.

Hon. Imelde SABUSHIMIKE, Ministre de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre (photo par Elie HARINDAVYI)

Elle a dit que l’une des meilleures façons de lutter contre ce fléau est le renforcement du pouvoir économique de la femme à travers l’accroissement des opportunités économiques, l’existence d’un cadre juridique et financière favorable au développement du secteur informel.

Les participants (Photo par Elie HARINDAVYI)

Elle a demandé les membres du Forum National des Femmes (FNF) de sensibiliser les autre femmes rural surtout d’adhérer à la Banque d’Investissement pour le Développement de la femme (BIDF) ouvert ses activités depuis le 3 mars 2022 à Gitega.

Elle a dit que le souhait du ministère est de n’est pas toujours voir les femmes intellectuelles instruites qui avaient même accès aux crédits d’autre banques commerciales, que la BIDF.

Mais plutôt, elle a montré que l’objectif de la BIDF est de que la femme qui n’avait pas accès au crédit suite la manque d’hypothèque de la bénéficier.

Les Participants (Photo par Elie HARINDAVYI)

Elle a rappelé aux membres du FNF de sensibiliser les femmes regroupe en associations et en coopératives de se rendre à cette banque pour qu’elle puissent développer les projets à être appuyer par la BIDF.

Elle a aussi rappelé que le FNF est un organe qui coordonne les autres groupements et associations des femmes dans le pays et qu’il devait alors aller dans tout le pays pour vérifier et suivre les activités de développement de la femme au niveau locale.

L’Hon. Imelde SABUSHIMIKE a donné des conseils aux femmes membres du FNF de toujours reconnaitre qu’elles des parents des filles et garçons qui doivent grandir selon l’éducation de leurs mamans, en vue de préparer leur avenir meilleur.

Au niveau du Ministère, l’Hon. Imelde SABUSHIMIKE a dit que le ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre est entrain de retirer les enfants en situation de rue dans tout le pays.

Elle a demandé le FNF d’aider depuis la colline car selon, avec 15 membres du Forum collinaire des femmes puissent identifier facilement les enfants qui manquent dans une femme donnée.

« Informer nous sur les cas des familles en conflits qui cause leurs enfants d’aller dans la rue et dialoguer avec elle afin de trouver une solution de consolidation familiale pour que l’enfants regagne la vie familiale car dans la rue, pas d’avenir meilleur ». A-t-elle demandé.

Hon. Imelde SABUSHIMIKE, Ministre de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre lors de la prise de photo de femmes à Gitega avec les membres du FNF (Photo par Elie HARINDAVYI)

Elle a aussi demandé aux membres du FNF de suivre la situation des cas des enfants en situation de rue réinsérés depuis la semaine passée pour que le Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre puisse appuyer ces enfants retirés de la rue là où ils sont dans leur famille d’accueil que ce soit en kit scolaire ou en d’autres besoins.

L’Hon. Imelde SABUSHIMIKE a aussi rappelé aux participants que Le Forum National des Femmes au Burundi a été créé par le décret n°100/26 du 15 février 2017 portant révision du décret  N°100/306 du 21 novembre 2012 portant création, missions, organisation et fonctionnement du Forum National des Femmes au Burundi.

C’est un cadre qui permet d’agir comme un organe consultatif et un lieu institutionnel légitime qui favorise l’écoute et l’expression  des intérêts de toutes les filles et femmes de toutes les couches sociales du Burundi.

Elle a precise que le FNF permet aussi de servir de  cadre de rassemblement ouvert pour orienter et canaliser les actions des différents intervenants en faveur de la promotion et de la protection des droits de la femme ainsi que de renforcer l’engagement et le potentiel indéniable des femmes pour la stabilité et la consolidation de la paix, de la solidarité et la réconciliation ainsi que le relèvement communautaire.

Elle a ajouté que le FNF permet  également  de capitaliser toutes les capacités et toutes les initiatives des femmes pour contribuer au développement des politiques, des programmes et des stratégies susceptibles de faire avancer la législation, la ratification des textes et lois en faveur de l’amélioration du statut de la fille et de la femme du Burundi.

Comme le mandat du FNF est de quatre ans renouvelable une fois, nous avons organisé des élections au niveau collinaire et de quartier en date du 25 février 2022,  des élections communales le 26 février 2022, des élections provinciales le 28 février 2022 tandis que les élections au niveau nationale ont eu lieu en date du 1 mars 2022.

Dr. Richmond Tiemoko, Représentant de UNFPA au Burundi (Photo par Elie HARINDAVYI)

Dr. Richmond Tiemoko, Représentant de UNFPA au Burundidit que UNFPAest toujours aux côtés du Gouvernement de la République du Burundi dans la mise en oeuvre de  toutes les initiatives de développement et l’occurrence, celles visant la promotion du genre, la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, l’amélioration de la santé reproductive des femmes et des jeunes sans oublier la mobilisation et l’encadrement des jeunes pour une société paisible.

Comme ça rentre dans le partenariat avec le Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre, il a profité de cette occasion pour remercier le Bureau du Forum National des Femmes au Burundi pour avoir fait confiance à UNFPA et a accepté d’organiser avec eux cet atelier.

Il a dit l’attente de UNFPA est que les membres du Forum National des Femmes acquièrent les éléments de base sur les différents sujets qui seraient développés et d’obtenir d’eux une influence très positive au niveau communautaire et un engagement de plaidoyer national pour l’adoption des programmes, lois et politiques favorables à la lutte contre les VBGs, la promotion du genre et les autres domaines clés, moteurs du développement comme le Dividende démographique et le planning familial.

Il a cloture son allocution en réaffirmant l’engagement de UNFPA pour marcher avec le Gouvernement de la République du Burundi afin de mettre fin, une fois pour toutes, aux violences à l’égard des femmes et des filles.

Emérence BUCUMI, la nouvelle Présidente du Forum National des Femmes des Femme (Photo par Elie HARINDAVYI)

Emérence BUCUMI, la nouvelle Présidente du Forum National des Femmes des Femme a quant à elle remercié la Ministre de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociale, des Droits de la Personne Humaine et du Genre pour avoir accepter de venir réhausser de sa présence lors de l’ouverture des activités de cet atelier.

Elle a remercié aussi UNFPA pour avoir avoir financer la tenue de cet atelier de renforcement des capacités des membres du Forum National des Femmes en matière de lutte contre les violences sexuelles et celles basées (VSBG) sur le genre car selon elle , les VSBG constituent un problème universel et aussi constituent l’une des formes des violations des droits de la personne humaine auxquelles les membres de FNF nouvellement élus doivent en savoir beaucoup, afin de cojungué leurs efforts dans la lutte de ce fléau.

La conseillère du Gouverneur de GITEGA chargée des questions administratives et financières (Photo par Elie HARINDAVYI)

La conseillère du Gouverneur de Gitega chargée des questions administratives et financières a quant à elle souhaité un bon séjour dans la province de Gitega, Capitale Politique du Burundi.

Elle a informé aux participants de cet atelier que la paix règne dans toute la province de Gitega et que la population sont aux travaux de développement mais que les cas de violences sexuelles et celle basées sur le genre n’en manquent pas.

Signalons que les membres du Forum au niveau national sont au nombre de 100, composées de toutes les femmes membres du Forum élues au niveau provincial auxquelles s’ajoutent des membres cooptés pour garantir la représentation des femmes des milieux différents et des idées diverses.

 

Elie HARINDAVYI

Le Coordonnateur de la Cellule de Communication et d'Information du Ministère des Droits de la Personne Humaines, des Affaires Sociales et du Genre

Voir tous les articles de Elie HARINDAVYI →