4 décembre 2022

200 Jeunes seront formés dont 160 filles en métier de couture et 40 en métier de mécanique automobile et moto

C’est ce qu’a indiqué Hon Imelde SABUSHIMIKE, Ministre de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre ce Jeudi le 10 novembre 2022 à Bujumbura lors du lancement officiel du Projet de Réintégration Socio-Economique des Jeunes des zone BUTERERE et KANYOSHA, par la fondation GIRIYUJA avec financement de la coca-cola.

Hon. Imelde SABUSHIMIKE, Ministre de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre (Photo par Elie HARINDAVYI)

Elle a indiqué que cela a été fait dans les prérogatives du Gouvernement de la République du Burundi d’accompagner la population dans des programmes de développement familial et sociale.

Hon Imelde SABUSHIMIKE s’est référé aux statistiques issues du recensement digital des jeunes diplômés au chômage de 2020, pour montrer que le Burundi a enregistré 286.515 jeunes-chômeurs, dont 132.483 femmes et 153.957 hommes et que 86% des jeunes chômeurs ont le niveau secondaire, près de 10% sont passés à l’Université et 1,3% se sont limités au primaire.

Elle a ajouté que ces chiffres sont complétés par l’Institut de Statistiques et d’Études Économiques du Burundi, ISTEEBU, qui précise que 43,7% des ménages du Burundi sont pauvres (Enquête Intégrée sur les Conditions de Vie des Ménages au Burundi de 2019-2020) et cela veut dire qu’en général, les familles dont sont issus les jeunes chômeurs burundais ne sont pas capables de leur fournir un petit capital de démarrage pour se lancer ne fut-ce que dans l’informel.

Les participants aux cérémonies (Photo par Elie HARINDAVYI)

Préoccupés par ce taux de chômage en forte progression au Burundi, elle a dit que le Gouvernement du Burundi a entrepris plusieurs initiatives notamment les séances de moralisation à l’endroit des jeunes animés par la Plus Haute Autorité du Pays, la création d’une banque des jeunes (BIJE), et d’un programme d’autonomisation économique et d’emploi des jeunes (PAEEJ) et bien d’autres programmes ainsi que la mise en place de la Banque d’investissement de développement de la femme (BIDF) qui vient faciliter la réduction des chaumages au niveau familial.

Hon Imelde SABUSHIMIKE  a rappelé au invité qu’en date du 10 Octobre 2021, les membres du Gouvernement de la république du Burundi se sont réunis dans une retraite où ils ont décidé de mettre en place des points visant le suivi régulier des programmes des activités des organisations partenaires du  Burundi.

Les participants aux Cérémonies (Photo par Elie HARINDAVYI)

C’est dans ce cadre qu’elle a salué l’élaboration et la mise en place de ce Projet qui s’inscrit dans la ligne Droite du Gouvernement du Burundi, dans sa Priorité de recherche des solutions pour les Jeunes Chômeurs et le Partenaire GIRIYUJA du Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre pour son initiative de contacter des partenaires financiers dont la Fondation Coca-cola pour l’autonomisation des Jeunes vulnérables à travers les Métiers pratiques.

Hon. Imelde SABUSHIMIKE a aussi signalé que le Gouvernement de la République du Burundi a pris l’initiative d’encadrer les associations et les coopératives au niveau collinaire et les a appuyés en octroyant un montant de 10 millions de francs burundais pour chaque colline.

Elle a ainsi précisé que ce projet vise alors la formation et la mise en place sur le lieu de travail 200 Jeunes dont 160 filles en métier de couture et 40 en métier de mécanique automobile et moto.

« Parmi ces jeunes il y en a ceux qui sont chefs de ménages, filles-mères et qui ont besoin de subvenir à leurs besoins afin qu’ils puissent devenir plus autonomes », a-t-elle dit.

Madame Catherine BUCUMI, Représentante de la COCA-COLA (Photo par Elie HARINDAVYI)

Selon Madame Catherine BUCUMI, Représentante de la COCA-COLA,   a signalé que la mise en œuvre de Ce Projet va durer 24 mois, contribuera essentiellement à :

  • La création d’emploi ;
  • L’amélioration des conditions de vie ;
  • La disponibilité de services ;
  • L’encadrement des jeunes ;

Elle a dit que les bénéficiaires de ce projet auront des occupations qui leur permettront de s’acquérir de leurs besoins quotidiens.

Elle a précisé que la Coca-cola s’est engagée à financer ce projet va couter un montant de 149.600 dollars américains pour une période de 24 mois.

Aimable BARANDAGIYE, Coordonnateur National de l’Association GIRIYUJA (Photo par Elie HARINDAVYI)

Aimable BARANDAGIYE, Coordonnateur National de l’Association GIRIYUJA à quant à lui remercié vivement la Ministre de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre pour avoir réhaussé de sa présence lors de la Remise du chèque et lancement officiel du Projet de Réintégration Socio-Economique des Jeunes des zone BUTERERE et KANYOSHA avec le financement de la coca-cola.

Il a saisi cette occasion pour remercier la coca cola d’avoir financé ce projet combien utile et bénéfique pour les jeunes burundais.

Christophe KINSHASA, Conseiller socio-culturel du Maire de Bujumbura (Photo par Elie HARINDAVYI)

Christophe KINSHASA, Conseiller socio-culturel du Maire de Bujumbura a quant à lui remercié le Ministre en charge de la solidarité national pour avoir encadre les associations des jeunes, ce qui va permettre la réduction des jeunes chômeurs en mairie de Bujumbura.

Il a indiqué que la ville de Bujumbura compte plusieurs jeunes chômeurs venus de l’intérieur du pays à la recherche du travail, et a salué la présence de ce projet.

Remise du Chèque (Photo par Elie HARINDAVYI)

Signalons qu’à la fin des cérémonies, Hon. Imelde SABUSHIMIKE Facilité la remise du chèque de 149600 USD octroyé par la fondation coca cola à l’association GIRIYUJA.

Elie HARINDAVYI

Le Coordonnateur de la Cellule de Communication et d'Information du Ministère des Droits de la Personne Humaines, des Affaires Sociales et du Genre

Voir tous les articles de Elie HARINDAVYI →