28 mai 2022

Dégager les nouvelles priorités pour le nouveau Plan d’Action de mise œuvre de la PNG

Cela a été demandé par Madame Donavine NIYONSABA, Directrice de l’Egalite du Genre au Ministère de la Solidarité Nationale , des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre lors de l’ouverture d’un atelier de l’atelier de validation du rapport de mise en œuvre du plan d’ actions 2017-2021 et d’élaboration du nouveau plan d’action 2022-2027 de la politique nationale genre 2012-2025 qui se tient à Bujumbura dès ce mardi 10 et mercredi 11 mai 2022.

Madame Donavine NIYONSABA, Directrice de l’Egalite du Genre au Ministère de la Solidarité Nationale , des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre (Ifoto na GAKIZA J. Petit Adolphe)

Madame Donavine NIYONSABA a demandé aux participants de  suivre avec intérêt les présentations des réalisations sur la mise en œuvre du Plan d’actions 2017-2021 de la Politique Nationale Genre afin de :

  • Inventorier les écarts entre les prévisions et les réalisations, les problèmes persistants qui freinent la non atteinte des résultats envisagés, et ainsi proposer des mesures correctives au regard des inefficiences constatées.
  • Évaluer les résultats atteints dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Action 2017-2021 de la PNG en identifiant les facteurs d’échecs et de réussite, en mesurant les impacts et en dégageant les défis ;
  • Dégager les nouvelles priorités de travail à mettre dans le nouveau Plan d’Action ;
  • Identifier les bonnes pratiques à poursuivre pour l’accélération de la mise en œuvre de la PNG;
  • Formuler des recommandations en vue de l’amélioration des conditions de la femme burundaise,
  • Fournir des outils nécessaires pour l’élaboration du nouveau plan d’action.

Dans son discours, Madame Donavine NIYONSABA a indiqué que  Pour une mise en œuvre effective de la Politique Nationale Genre, des Plans d’actions ont été élaborés et mis en œuvre et que le plan d’actions 2017-2021 est donc le troisième document produit visant l’opérationnalisation de la Politique Nationale Genre 2012-2025.

Les participants (Photo par GAKIZA Jean Petit Adolphe)

Etant donné que la période de mise en œuvre du Plan d’Action 2017-2021 de la Politique Nationale Genre est déjà expiré, elle a dit qu’il s’est avéré nécessaire de procéder à son évaluation afin de constater les résultats atteints, porter un jugement d’ensemble et en tirer des conclusions permettant l, élaboration du nouveau Plan d’Action 2022-2027

Il a ajouté que pour mieux conduire l’évaluation des réalisations du Plan d’Actions National 2017-2021 de la Politique Nationale Genre 2012- 2025, différentes activités ont été menées.

D’une part, Madame Donavine NIYONSABA a signalé que cinq ateliers de consultations régionales ont été tenus et des propositions pour l’élaboration du nouveau plan d’actions 2022-2027 ont été formulées à l’endroit des principaux acteurs intervenants dans le domaine de la promotion et protection des droits de la femme et de l’égalité de genre et d’une autre part, elle a dit que des séances de travail pour la rédaction et consolidation des résultats issues des ateliers régionaux ont été organisés.

Travaux en groupes (Photo par Elie HARINDAVYI)

Elle a ainsi rappelé aux participants que le rapport d’évaluation du plan d’actions 2017-2021 de la Politique Nationale Genre a mis en évidence d’importants progrès réalisés au cours de la période de sa mise en œuvre bien que des défis et contraintes ne manquent pas.

Selon Madame Donavine NIYONSABA, ces réalisations se focalisent autour  de 6 axes stratégiques sur lesquels est bâtie la Politique Nationale Genre à savoir :

A1 : Amélioration du statut social et culturel de la femme dans la famille et dans la société

A2 : Renforcement de l’accès équitable des femmes, des hommes et des adolescent(e)s aux services sociaux de base

A3 : Promotion équitable du potentiel et de la position de la femme et de l’homme au sein de l’économie

A4 : Promotion de l’exercice équitable des droits et devoirs des femmes et des hommes

A5 : Promotion équitable de la participation des femmes et des hommes dans les instances de prise de décision et dans les mécanismes de consolidation de la paix et de la sécurité ;

A6: Renforcement des capacités d’intervention des mécanismes institutionnels de mise en œuvre de la Politique Nationale Genre

Signalons que la tenue du présent atelier répond à des obligations déontologiques et décisionnelles car son cadre logique doit être évalué tous les cinq ans.

Elie HARINDAVYI

Le Coordonnateur de la Cellule de Communication et d'Information du Ministère des Droits de la Personne Humaines, des Affaires Sociales et du Genre

Voir tous les articles de Elie HARINDAVYI →