Category: Non classé

EOI: 50MWS Project – Assistant Content Developers

EAST AFRICAN COMMUNITY SECRETARIAT

– 50 MILLION WOMEN SPEAK (50 MWS) PROJECT –

TERMS OF REFERENCE FOR

INDIVIDUAL CONSULTANCY SERVICES AS ASSISTANT CONTENT DEVELOPERS IN EACH PARTNER STATE

  1. Background

The   East  African   Community   (EAC)  is  a  regional   intergovernmental   organization comprising the Republic of Burundi,  the Republic of Kenya, the Republic of Rwanda,  the Republic of South Sudan, the United Republic of Tanzania  and the Republic of Uganda. The EAC Secretariat Headquarters  are located in Arusha, Tanzania.

The   EAC  mission  is  to  widen  and  deepen  economic,  political,  social  and  cultural integration  to improve  the  quality  of life of the  people of East Africa through  increased competitiveness, value added production, trade and investments.

Article 5 of the EAC Treaty provides for gender equity, gender mainstreaming  in all EAC Projects and Programmes and the enhancement  of the role of women in cultural,  social, political, economic and technological development.

The  African  Development  Bank  is  collaborating  with  COMESA,  EAC  and  ECOWAS through  the  50  Million  Women  Speak  (50MWS)  Project  to  create  a  dynamic  Digital Networking   Platform  for  women  entrepreneurs.   The  Platform  will  enable  women  to connect  with  one  another  in  ways  that  will  foster  peer-to-peer  learning,  knowledge exchange/transfer,   mentoring   and  the  sharing   of  information   and  knowledge  within communities,  and  provide  them  with  access to trade  finance  and  market opportunities between urban and rural  areas, and across borders and between countries.  In  addition, the  Platform  will enable  women  to develop  market intelligence  skills  to stay  abreast of business  development  trends  within  their  contexts,  regionally  and  globally  to  ensure sustainability  of their businesses.  The  Project is implemented  in 38 countries  belonging to COMESA, EAC and ECOWAS.

The Project is expected to achieve among others, the following results: increased access and use of financial services by women entrepreneurs;  increased participation of women entrepreneurs  in business  networks; availability of statistics on women in business; and increased access to national and regional markets. Subsequently,  the Project is expected

to contribute  to the economic empowerment of women entrepreneurs  through  the use of the platform for business development.

To ensure collection, development and management of content on information needs and services for women in business, for the Digital Networking  Platform in respective Partner States, Project Country  Teams  are being established  in each Partner  State made up of representatives    from   the   Public   Sector,   Private   Sector   and   Civic   Society   i.e. representatives  from Ministries responsible for Gender, Trade,  ICT, Youth,  EAC Affairs, Private   sector,  Women  Associations,  and  membership-based   entities  working   with women  in  business  or  enterprise  development.   The  Project  Country  Teams  will  be supported  by two  (2) Country  Content  Developers – a Lead Content  Developer and an Assistant Content Developer in each Partner State.

This  is  an  opportunity  for  highly  motivated  and  results-driven   professionals  who  are citizens of the East African Community  Partner States (Burundi, Kenya, Rwanda,  South Sudan,  Tanzania  and  Uganda)  to  apply  for  the  following  opportunity  tenable  at  each Partner State.

  1. Recruitment of an Assistant Content Developer in each Partner State

The EAC – 50MWS Project would like to recruit an Assistant Content Developer from each Partner  State  to  support  the  Project  Country  Team  in  content  development  for  the Platform. The  Assistant Content Developer will be resident within the Partner  State and will work closely with the respective Project Country  Team and Lead Content Developer to gather information and develop relevant content on information needs and services for women in business to be uploaded on the Digital Networking Platform.

  1. Duties and Responsibilities of the Assistant Content Developer

The   Assistant  Content  Developer  will  script,  curate,  summarize,   originate  and  edit compelling,  relevant  and  clear  content  on  financial  and  non-financial  services  to  be uploaded on the Digital Platform to help women entrepreneurs  grow their businesses.

They  will  develop  tailored  content,  ensuring  it responds  to  the  needs  of the  targeted audiences  as  well  as  help  track  success  and  make  data-driven  decisions  for  content changes.

Working  with the  Lead Content  Developer, the  Assistant  Content  Developer, in liaison with the  Project Country  Team will be largely  responsible for  information gathering  and content    development    for   the    Digital   Networking    Platform.    Specific   roles    and responsibilities will include,  but not be limited to the following:

  • Liaising with the Ministry of Gender to identify informational products or content to be featured in the platform;
  • Developing an editorial calendar of content to be developed based on the identified information needs;
  • Developing relevant original content beneficial to women entrepreneurs;
  • Collaborating  with the  Project  Country  Team  to  continuously  identify  sources  of content and develop appropriate content;
  • Developing  content  that  is informed  by  country  specific  information  needs  and services to enhance  prospects of ownership  and sustainability;
  • Ensuring  content  is developed within the set timeframe;
  • Ensuring  the content gathered is validated by relevant authorities;
  • Assisting the  Lead Content  Developer in coordinating  the  Project  Country  Team for all 50MWS Project related activities;
  • Assisting the Lead Content Developer in coordinating content revision and updates ensuring  that the content on the Platform is relevant  and up-to-date;
  • Refining  and  improving  content  basing  on  feedback  and  analysis  of  platform performance;
  • Liaising with the  line Ministries/Agencies, National Gender Machineries  including both the Private Sector and Civic Society;
  • Curating   content   related   to   women   economic   empowerment   initiatives   and repurpose to suit the target audience;
  • Continuously  identifying  topical and business trendy  content beneficial to women entrepreneurs  and develop relevant content;
  • Developing content of different formats and styles  to deliver unique  and delightful experiences for platform users.
  • Promoting  the  Project  through   participating  in  national  events  which  focus  on women economic empowerment;
  • Working      with      outreach      teams      at      country      level      on      outgoing communications/messages
  • Producing   content   (through   articles,   infographics,   images  or  videos),  which highlight success stories;
  • Partnering  with  all  stakeholders  to  ensure  issues  related  to  platform  use  are captured and channeled  to be addressed (allowing  women users to find solutions to common platform use issues)
  • Providing  capacity building  and  technical  support through  a combination of both hand-holding  and tuition-based  transfer  of knowledge  to members  of the  Project
  • Country  Team  regarding  content  gathering,  development  and  packaging  and
  • eventual  dissemination;
  • Coordinating field visits with Donors, media or with any other delegation
  • Developing simple, easy-to-understand,  user friendly content;
  • Writing and submitting  country  reports and statistics on the project;
  • Acting as a careful custodian of the 50 Million Platform brand, representing it to an audience;
  • Performing  any  other  activities  related  to  content  development  assigned  by the Lead Content Developer who will be the Team Leader;
  • The  right candidate will be passionate about working with others, “translating”  technical concepts into simple, easy-to-understand  content.
  1. Reporting

The Assistant Content Developer will report to the Lead Content Developer but will work closely with the Project Content Manager at EAC.

  1. Skills and Competencies

The  ideal candidates  should  demonstrate  and  provide  examples  of past similar  tasks undertaken  in content  development  for websites, portals  and/or related media channels at national  or  regional  level.  They  must  be creative  thinkers  to  conceptualize  content. Experience  in knowledge  management  will be highly  desirable. They  should  be able to stay  up-to-date  with  developments  and  generate  innovative  ideas to  draw  audiences’ attention.  The  candidates  should  have  a  good  understanding   of  challenges  affecting women in business as well as various sources of content required for the Platform in the respective  country.  Applicants  must  be  citizens  or  natives  of  respective  EAC Partner States from  which  they  will be applying  for these  positions. They  should  preferably  be having  knowledge  of local languages, cultural  backgrounds, administrative  systems  and government  organization structures.

He/She should have  the following  skills and competencies:

  • Excellent writing, editing and presentation skills;
  • Ability to synthesize information  from multiple  sources  and translate  it into creative and engaging digital content;
  • Data analytics  skills in collection, interpretation and reporting;
  • Ability to  independently  plan,  direct and  evaluate  all  the  content-related assignments;
  • Excellent command  of English both written  and oral  for  English speaking countries  and French both written and oral for French speaking countries; (knowledge of both French and English will be an added advantage).
  • Comfortable writing for multiple  audience  segments, using  differing voices and tones;
  • Able to collect, summarize and interpret data insights;
  • Experience with women economic empowerment projects will be an added value;
  • Knowledge of Content  Management  Systems  and social media platforms. This  includes  understanding   of  content  limitations  and  the  pros/cons  of different CMSs and platforms;
  • Good knowledge  of  PC-based  software  programs  for  word  processing, spreadsheets, presentation and databases
  • Ability to work in a team in a multi-cultural environment;
  • Ability to multi-task  and work irregular and long hours;
  • Knowledge of Search Engine Optimization and web traffic metrics will be a plus;

6. Academic Qualifications and Experience

  • Bachelor’s Degree       in       Communications;       Marketing;       Business Administration/Management;      Journalism;     Information     Science     and/or Management;    Communications   Management;   IT   Management;    Finance; Economics or any related or relevant fields;
  • Minimum 5 years’ relevant experience (as seen from previous assignments);
  • Experience in Digital marketing will be an added advantage;
  1. Evaluation Criteria

Evaluation of the above qualifications and experience will be done based on the following criteria and scores;

  • Academic qualifications relevant and suitable for the assignment:  30%
  • Adequacy for the assignment as described in the TOR (previous relevant work experience): 50%
  •  Skills and Competencies as per ToRs (Language, knowledge of local conditions, computer  applications usage, etc): 20%
  • Total: 100%

The  Consultant  will  be  selected  in  accordance  with  selection  of individual  consultant method  and the  eligibility criteria, establishment  of the  selection procedures  shall be in accordance with the  “African Development Bank’s “rules and procedures for the use of consultants “May 2008 Revised July 2012”.

  1. Duration of the Consultancy Assignment

This assignment has a duration of 12 months  with possibility of extension  subject to the need, availability of funds and satisfactory performance by the Consultant.

  1. How to Apply

Interested   consultants   must  provide  information  indicating  that  they  are  qualified  to perform  the  service. Expressions  of interest in English  must be sent to the  following  e- mail addresses; wkaremera@eachq.org with a copy to wmuyenzi@eachq.org not later than Thursday,  27th September 2018 at 2:00 P.M GMT.

In the email Subject line, please make sure to include  the following  text “Expression of Interest for the position of Assistant Content Developer for ………………. (Mention the country).

Le Burundi : Pays de promotion et protection des droits des personnes handicapées

Cela a été dévoilé ce jeudi le 20 septembre 2018 à GITEGA lors de l’ouverture de l’atelier de validation du Plan la Stratégique du Centre National d’Appareillage et de Rééducation ‘’CNAR’’ pour 5 ans par Joseph NDAYISENGA, Directeur Général de l’Assistance Sociale et de la Solidarité Nationale au Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre.

Il a précisé que la validation d’un plan stratégique vient à un moment opportun car le Burundi a déjà marqué un pas dans la protection et la promotion des droits des personnes Handicapées.

Il a en outre donné des exemples de la Loi n° 1/07 du 26 mars 2014 portant ratification par la République du Burundi de la Convention relative aux droits des personnes handicapées et son Protocole facultatif, et mise en place de la loi n°1/03 du 10 janvier 2018 portant promotion et protection des droits des personnes handicapées au Burundi.

Les participants à l’atelier de validation du PS de CNAR tenu à GITEGA

Il ajouté que le plan stratégique du CNAR rentre dans la réalisation des axes stratégique développée par le Gouvernement Burundais dans le Plan National de Développement du Burundi pour la période 2018-2027.

Le Directeur Général de l’Assistance Sociale et de la Solidarité Nationale monsieur Joseph NDAYISENGA  a précisé que les coûts relatifs à l’achat des consommables ne sont pas supportés par les bénéficiaires (les patients).

Il a interpellé les organisations qui œuvrent en matière de promotion et protection des Personnes handicapées physiques à contribuer pour aboutir à la mise en œuvre de ce plan Stratégique Validé.

En outre le directeur du CNAR Monsieur Omer HAYIMANA, a remercié les participants tout en rappelant l’insuffisance du personnel qualifié surtout dans le domaine de chirurgie orthopédique.

Il a rappelé que le Centre

Omer HAYIMANA, Directeur du CNAR à guache, Avec Joseph NDAYISENGA DGASSN au Milieu et Jean FIASSE, HI

d’Appareillage et de Rééducation ‘’CNAR’’ de Gitega a son siège à Gitega et qu’il a été créé en 1986 par le décret No 100/110 du 09 décembre 1986 portant création, organisation et fonctionnement du Centre National d’Appareillage et de Rééducation de Gitega.

Ce dernier a été abrogé et remplacé par le décret No 100/008 du 25 janvier 2000 portant réorganisation du Centre National d’Appareillage et de Rééducation de Gitega.

Monsieur Omer, a précisé qu’Avant 1986, un centre similaire pour personnes handicapées existait et fonctionnait sur le même site, dirigé par les Sœurs Bene-Tereza, sous l’autorité de l’Archidiocèse de Gitega.

Il a ajouté que le personnel du CNAR compte 78 unités dont 6 sont affectés à la Direction, 16 au service administratif et financier, 21 au service de formation du personnel et de traitement des handicaps moteurs, 25 au service social, et deux nouveaux services non mentionnés dans le décret de réorganisation du CNAR ont été créés et sont fonctionnels : le service radio : 2 unités et le service ‘’tricycles’’ : 8 unités.

les participants à l’atelier de validation du PS du CNAR

Il n’a pas manqué de signaler les missions du CNAR, telles que définies à l’article 3 du décret du 25 janvier 2000.

Ce sont entre autre de :

  1. Assurer la réadaptation fonctionnelle des personnes handicapées physiques en leur offrant des services de consultation, de chirurgie orthopédique, de rééducation et d’appareillage ;
  2. Fournir à la population en général des soins spécialisés en kiné-physiothérapie ;
  3. Apporter aux autres centres des personnes handicapées du pays son appui technique notamment dans le domaine de la formation et du perfectionnement de leurs agents ;
  4. Mener des recherches dans le domaine de la rééducation et de l’appareillage afin d’améliorer sans cesse ses prestations.

Jean FIASSE, Coordonnateur Technique au sein du HI au Burundi (Photo par Elie HARINDAVYI)

Selon Monsieur Jean FIASSE, Coordonnateur de la cellule technique au sein de Handicap International qui avait représenté cette organisation dans cette activité de validation, le Handicap International continuera à appuyer le Burundi en matière de promotion et protection des droits de personnes handicapées.

Il dit que leur intervention sont centré sur l’ appui aux populations les plus vulnérables dont les personnes handicapées physique. Dans le domaine de la réadaptation physique, HI  développe ses activités sur les axes suivant :

– Développement de la médecine physique et réadaptation avec un appui au niveau du Ministère de la Santé dans l’ élaboration du plan stratégique et sa mise en application

– Renforcement des capacités des Centre de Réadaptation Physique (CRP) par des formations et du coaching

– Développement de la Réadaptions à Base Communautaire (RBC) afin d’améliorer l’ accès aux services de réadaptation

–  Appui dans l’achat des consommables et équipement orthopédique pour les CRP.

Signalons que le plan stratégique de CNAR est le tout premier document stratégique produit depuis sa création en 1986.

 

La Synergie de la Société Civile et le Gouvernement Burundais dans la lutter contre les VBGs

La Coordonnatrice de l’ABUBEF prononce son mot d’accueil

Le Gouvernement de la République du Burundi a décidé de collaborer avec les organisations de la Société Civile en matière de lutte contre les violences basées sur le genre.

Cela s’est manifesté lors de l’ouverture de l’ouverture de la Réunion des organisations de la société civile et de la femme leaders sur la loi sur les VBGs qui s’est tenue aujourd’hui à Bujumbura.

Felix NGENDABANYIKWA, PS au MDPHASG parle au media

Dans son mot d’ouverture des activités de cette réunion, le secrétaire Permanent au Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre a félicité les organisateurs de cette activité disant que la lutte contre le phénomène des VSBG exige la mise en commun des efforts des tous les acteurs.

Il a ainsi précisé que, dans sa volonté d’endiguer le phénomène des violences basées sur le genre, le Ministère des Droits de la Personne Humaine et du Genre attache une importance sans égal au partenariat gouvernement /société civile/et médias.

Le Secrétaire Permanent au Ministère en charge du genre a ajouté que le phénomène des VBG  est d’autant complexe qu’il est multiforme et n’épargne aucune couche sociale, aucun individu quel que soit son âge ou son statut dans la société peut se croire à l’abri.

Les honorables parlementaires de la commission des VBG à l’Assemblée Nationale étaient présents dans cette réunion

Il a clarifié les multiples formes de VSBG qui existent. Ceux qui peuvent être physique, verbale, sexuelle ou morale … parfois même une combinaison de plusieurs de ces formes.

Il a dit que c’est une pandémie globale qui concerne tous. Cette pandémie  dépasse les frontières d’ethnicité, de race, de statut socio-économique et même de religion.

Bref, les VSBG sont une menace de tous les instants, avec des conséquences dramatiques sur l’équilibre sociétal.  Elles freinent le progrès vers le développement, particulièrement celui des femmes et des filles qui constituent souvent la majorité des victimes.

Selon les données collectées et disponibles au Ministère en charge du genre sur ce sujet, 79.75% des victimes des VSBG étaient des femmes, en 2015.

Il a en outre déclaré que les actes de violence à l’encontre des femmes, réduisent sensiblement la capacité des victimes à contribuer à la construction de la société, handicapent le développement, fragilisent la paix et la sécurité, bafouent tout simplement les droits humains les plus fondamentaux et hypothèquent sérieusement l’atteinte des objectifs de développement durable.

Monsieur Félix NGENDABANYIKWA, Secrétaire Permanent au Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre a salué particulièrement la présence des média   dans cette réunion, d’autant plus que leur  rôle est indéniable en matière sensibilisation.

Ici il a insisté en disant que ce fléau requiert des changements de comportements avec le temps.

Il a interpellé tous les acteurs de s’impliquer d’avantage dans la lutte contre les Violences sexuelles et celles Basées sur le Genre car selon lui, la dissémination de l’information et la formation continue par les médias sont essentielles pour un changement d’attitude et de mentalité.

Il afin remercié l’ABUBEF et ses partenaires techniques et financiers, ses collaborateurs sur terrain et de ses bénéficiaires, des bonnes relations de partenariat développés  et niveau de satisfaction de ses clients.

Le Ministère, des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre   l’encourage à cultiver   cette bonne pratique et développer beaucoup plus de leur  réseau d’acteurs et de collaborateurs   tel que défini dans les missions qu’ elle s’est fixées dans leur plan stratégique 2016-2020.

Signalons que cette réunion regrouper les différentes associations, les media, les parlementaires de la commission chargée de lutter contre les Violences Basées sur le Genre.

Visite des membres du FONEB/National au Centre de Rééducation de Mineurs en Conflit avec la Loi à Ruyigi

Le Président du FONEB lors de la Visite à Ruyigi

En date  du 29 août 2018, les 36 membres du Forum National des Enfants au Burundi- FONEB – se sont rendus à Ruyigi afin de visiter les enfants hébergés dans le Centre de Rééducation de Mineurs  en Conflit avec la Loi. L’objet de la visite était de réconforter les enfants qui sont dans ce Centre et de leur exprimer la solidarité du FONEB  vis-à-vis de cette situation difficile dans laquelle ils se trouvent.

Le Responsable dudit Centre qui les a accueillis a souhaité la bienvenue aux membres du FONEB et a expliqué que ledit Centre hébergeait 64 enfants accusés de délits divers.  Dans l’ensemble, les conditions de ces enfants sont relativement acceptables tandis que les dossiers individuels suivent le cours normal.

Les enfants de Centre de Rééducation de Ruyigi dans la salle accueil le FONEB

Au nom du FONEB, le Président de cet organe a précisé l’objet de cette visite s’inscrit dans leur plan d’actions de rendre visite aux différentes catégories d’enfants afin de s’enquérir de leur situation et de procéder au plaidoyer, si nécessaire. Il les a encouragés à rester sage et de se préparer pour mener une vie normale au sortir dudit Centre.

Ignace NTAWEMBARIRA Directeur du Département de l’Enfant et de la Famille

Le Directeur de l’Enfant et de la Famille qui a fait le déplacement avec les membres du FONEB, s’est félicité de la réalisation de cette visite qui concrétise la fonctionnalité du FONEB dans la mise en œuvre des missions assignées à cette structure. Il a indiqué aussi que la mise en place des Centres de Rééducation de Mineurs  en Conflit avec la Loi  dans notre pays traduit la réelle volonté du Gouvernement d’assurer une bonne protection à tous les enfants et en particulier aux enfants vulnérables. Il a rappelé qu’il y a dans notre pays deux Centres de Rééducation des Mineurs  en Conflit avec la Loi ; à Ruyigi et à Rumonge, tandis qu’une Cellule spéciale pour les filles mineures en conflit avec la loi a été aménagée à la prison pour femmes de Ngozi. Enfin, le DEF a précisé que la présence de la plupart d’enfants dans ce Centre est consécutive à leurs comportements au niveau de la communauté et que de ce fait, ils doivent se préparer à revivre une vie normale. Ils sont donc appelés à être disciplinés.

Précisons que vers la fin de la visite  le président du FONEB a remis  aux enfants du Centre « un panier « contenant 250 kg de riz et des savons de lessive.

Visite du FONEB aux des groupes Nawe Nuze de Mungwa, Gitega

Force est de noter aussi que la veille, ces enfants  du FONEB avait visité en commune Gitega les CPE et les groupements Nawe Nuze de Mungwa et Butamuheba. L’objectif suivi était de s’enquérir sur le fonctionnement de ces mécanismes communautaires de protection et de promotion des droits de l’enfant.

 

 

Formation des jeunes femmes de différentes vulnérabilités en Mairie de Bujumbura

La Maison des Femmes au Burundi a organisé une formation comme d’habitude sur l’organisation et la gestion des associations à l’intention des femmes vulnérable se trouvant dans la Commune de NTAHANGWA, en Mairie de Bujumbura ce jeudi le 30 août 2018.

Les bénéficiaires de cette formation sont celles qui viennent toujours à la maison des femmes pour demander de l’aide du petit capital pour faire des activités génératrice de revenus.

MIZERO Béatrice Adeline, Conseillère Economique et Financière Ajointe et NZOHABONIMANA Claudine, AS au MFB (Photo par Elie HARINDAVYI)

Comme la Maison des Femmes au Burundi travaille souvent avec les femmes se trouvant dans les groupements (associations) pour mieux les contrôler, et celles -ci ne se trouvent pas dans  aucune association, c’est la toute première formation octroyé à leur intention avant de commencer leurs activités.

C’est la raison pour laquelle la Maison des Femmes au Burundi a jugé bon de les former sur ce qui est de l’association, comment le faire et savoir tout ce qui est nécessaire pour que  le groupement soit une association.

La majorité de ces femmes sont des victimes des violences basées sur le genre qui ont soit fait des unions libres et se séparent alors qu’elles sont enceintes et mettent au monde des enfants non reconnus par leurs pères.

D’où naisse la difficulté de nourrir leurs enfants sans qu’elles aient d’autres activités génératrices de Revenus à faire.

La maison de femmes au Burundi est venue au point nommé pour les appuyer.

Validation de la politique Nationale des Droits de Personne Humaine au Burundi

Imelda NZIRORERA, Directeur Général des Droits de la Personne Humaine au Burundi durant son exposé (photo par Elie HARINDAVY)

Le Burundi vient de mettre un place un projet de Politique Nationale des Droits de l’Homme et son plan d’actions 2018-2023 qui sera validé très prochainement.

Cela a été mis au jour par Felix NGENDANYIKWA, Secrétaire Permanent au Ministère des droits de la personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre ce jeudi le  23 août  2018, lors de l’ouverture des activités d’un atelier de validation du projet de Politique Nationale des Droits de l’Homme et son plan d’actions 2018-2023 à Bujumbura.

Felix NGENDABANYIKWA a rappelé que la première Politique Nationale des Droits de l’Homme a été élaboré en 2012 et  adoptée par le  Conseil des Ministres le 31 janvier 2013.

Il a ajouté que son plan d’actions avait été pour une période de cinq ans à savoir de 2012 à 2017.

Il a précisé qu’après la période d’exécution du plan d’actions ci-haut cité, une réunion de son évaluation a été organisée le 28 mars 2018  à l’endroit du groupe cible dont les participants à l’atelier de cette journée du 23 août 2018.

Séraphine RUCAKUMUGUFI, Directrice du Département des organes de Traités,  Procédures Spéciales et Examen Périodique Universel des Nations Unies et autres mécanismes durant son exposé (photo par Elie HARINDAVYI)

Le constat a été que le plan d’actions a été exécuté à la satisfaction de tout le monde (à 80%), malgré le gel des fonds de certains partenaires techniques et financiers.

Une deuxième Politique Nationale des Droits de l’Homme avec son plan d’actions 2018-2023 vient d’être actualisée par  le Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre en collaboration avec les ministères sectoriels et autres acteurs en matière des droits humains.

Il a ajouté que la nouvelle politique des droits humains  a été actualisée  en tenant compte des résultats et des leçons apprises de la PNDH 2012-2017.

Après des exposés sur l’historique de la Politique Nationale des Droits de l’Homme, la Politique Nationale des Droits de l’Homme et son plan d’actions 2018-2023 ainsi que le contenu des axes de la PNDH, les participants à l’atelier l’ont analysé et ont émis leurs observations sur le document provisoire de la PNDH avant sa validation.

 

LE PEUPLE AUTOCHTONE (BATWA) AU BURUNDI ATTEINT LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Cela a été déclaré par Martin NIBANDI, Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre qui a représenté le Gouvernement  du Burundi lors des cérémonies de la célébration de la journée dédiée aux peuples autochtones tenue le 24 août 2018 au chef-lieu de la commune Nyabiraba en province de Bujumbura

Selon lui, sa participation vient de sa promesse du début de la préparation de la célébration de cette journée « Hagusezerana ntushitse wotuma ureka kugira ico usezeranye», a-t-il dit. Etant donné que la communauté batwa ne se mêlait pas en mariage avec les hutu ou tutsi, le Ministre a invité les jeunes hommes hutu ou tutsi à marier les jeunes filles de la communauté et vice-versa.

Le Ministre a rappelé que le Gouvernement du Burundi a mis en avant la considération de la communauté batwa en donnant un exemple de leur participation dans les instances de prise de décisions et  dans des différents projets tels que MERANKABANDI où chaque famille reçoit quarante mille franc burundais tout le deux mois en vue d’appuyer leurs activités génératrices de revenus. Lire la Suite →

CELEBRATION DE LA JOURNEE DEDIEE AU PEUPLE AUTOCHTONES (BATWA) AU BURUNDI

 La Journée internationale des populations autochtones est une journée internationale créée en 1994 par l’ONU et fixée au 9 août. Au Burundi, cette journée est aussi célébrée chaque année.  Pour cette année, La célébration de cette journée a été reportée au 24 aout 2018. La célébration officielle a été faite en commune de NYABIRABA en province de Bujumbura, avec la présence du Ministre en charge des droits  humains, l’administration provinciale et communale, les honorable parlementaires, le Représentant de la Banque Mondiale, La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme, les acteurs protecteurs des droits humains ainsi qu’une multitude des personnes de l’Ethnie Twa représentant le peuple autochtones au Burundi.

Les activités de la journée se sont déroules dans la salle de la commune Nyabiraba. Les Batwa qui ont participés dans ces  cérémonies provenaient des communes Nyabiraba et Mukike.

Des danses traditionnelles de cette catégorie de personnes ont agrémenté la salle en attendant  l’arrivée des hautes personnalités qui rehaussaient les activités de la journée. Après l’installation du Ministre et ses compagnons, une prière faite par le modérateur qui est de l’ethnie twa, et le chant de l’hymne Nationale ont débuté  les activités. Ensuite,  le modérateur a énoncé le programme des activités de la journée. Il a invité un groupe des danseuses batwa de la commune NYABIRABA avant le discours d’accueil du représentant du Gouverneur. Lire la Suite →

Le Ministère des Droits de la Personne Humaine, des affaires Sociales est désormais en ligne

Le Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre vient d’améliorer la communication en mettre au grand jour toutes ses réalisations.

Cela a été déclaré par Monsieur Felix NGENDABANYIKWA, Secrétaire Permanent dudit Ministère, lors de l’ouverture d’une retraite des cadres chargés de la communication, dans le cadres de l’élaboration d’une stratégie de communication du ministère, tenue à Gitega en date du 19 au 20 juillet 2018.

Il a précisé que le ministère a mis en place une Cellule de Communication et d’Information qui a comme objectif principale d’assurer une meilleure visibilité.

Il a mentionné que la Stratégie de Communication à élaborer figure parmi les principales missions de ce ministère  qui sont fixées par le décret n° 100/57 du 04 avril 2016 portant les missions, l’organisation et le fonctionnement du Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre.

C’est notamment la sixième mission d’établir régulièrement l’évolution de la situation des droits de la personne humaine et de développer une stratégie de communication conséquente.

Il a en outre ajouté que le ministère va adopter la stratégie e faire une large diffusion aux différents média en utilisant des média tant classiques que sociaux.

Monsieur

Felix NGENDABANYIKWA, a dit qu’il est satisfait des avancées significatives abouties en matière de communication, d’autant plus que le ministère possède un site web fonctionnel dont le lien est www.droitshumains.gov.bi.

Il a ajouté que le ministère va se distinguer en créant des comptes sociaux  Twitter, Facebook,… ainsi que la mise en place d’un numéro Whatsapp qui sera fonctionnel très prochainement.

Ce numéro aidera le ministère à lutte contre les rumeurs et fausses informations délivrées au public, aux partenaires et aux bénéficiaires du Ministère, ajoute-t-il.

Le Secrétaire Permanent au Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre a dit que, pour réussir, on a mis en place  une Cellule de  Communication et d’Informa

tion(CCI) par l’ordonnance N° 225.01/297 du 13 mars 2018 et même une équipe de six membres dont un Coordonnateur qui s’occupe quotidiennement des activités de communication et d’information.

Il a accentué sur l’importance de la stratégie de communication du ministère qui est le renforcement du mécanisme de recevabilité, de visibilité et de crédibilité  du Ministère  sur son mandat, auprès de tous ses partenaires techniques et financiers et de la communauté internationale.

Il n’a pas manqué à souligné la meilleure collaboration du Ministère avec l’ONUFEMMES, un des partenaires du Ministère  qui l’appuie en matière de l’égalité des sexes; la promotion du leadership et participation politique de la femme; Autonomisation économique des femmes; et la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles.

Célébration de l’indépendance du Burundi

Martin NIVYABANDI, Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre