Martin NIVYABANDI annonce l’amélioration de la coordination des actions des ONGs partenaires

Martin NIVYABANDI annonce l’amélioration de la coordination des actions des ONGs partenaires

Martin NIVYABANDI, Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre a annoncé l’amélioration de la coordination des actions des ONGs partenaires avec ce Ministère lors de la réunion  à l’intention des partenaires regroupant les Organisations du Système des Nations Unies, des ONGs  Internationales et locales ainsi que les Associations ayant signés de partenariats avec ce Ministère, tenu mardi le 25 juin 2019 à Bujumbura.

Martin NIVYABANDI, Ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociale et du Genre lors de la réunion avec les Représentants des Agences de Nations Unies et des ONG locales et internationales (Photo par Elie HARINDAVYI)

Dans son discours d’ouverture, le Ministre Martin NIVYABANDI a passé en revue la mission assignée au ministère qui consiste essentiellement en la promotion et la protection de différentes catégories des personnes.

A coté de cette mission, il a également en charge la coordination des interventions dans les différents secteurs d’action en faveur des personnes nécessiteuses et particulièrement vulnérables.

Il a rappelé que le but d’organiser cette réunion était de s’assurer de la cohérence entre les planifications des activités des ONG’s partenaires et celles du Plan National de Développement (PND) ; de promouvoir une coopération fructueuse avec tous les partenaires du développement, il s’est référé à la loi n°1/01 du 23 janvier 2017 qui régit actuellement les activités des Organisations Non Gouvernementales Etrangères.

Monsieur le Ministre NIVYABANDI n’a pas manqué à montrer qu’en vertu de cette loi, le rôle du Ministère technique dans sa mise en application est primordial et consiste à assurer le suivi des activités sur terrain et à procéder, le cas échéant, à l’évaluation de leurs activités.

Vue Partielle des Participants (Photo par Elie HARINDAVYI)

Faisant toujours allusion au prescrit de la loi organisant l’action des ONGs, il a précisé qu’une série d’exigences et des obligations y sont mentionnées et portent sur la collaboration des ONGs avec les ministères sectoriels pour déterminer les zones et les domaines d’intervention (l’art 10) ; la signature d’un protocole d’exécution dans un délai d’un mois, faute de quoi la convention est sujette à l’annulation (l’art 11) et la prise en compte des priorités du gouvernement dans la détermination des zones et des domaines d’intervention en suivant une couverture géographique équitable.

Il a enfin exhorté les partenaires à concentrer leurs efforts pour  soutenir les secteurs stratégiques de développement durable et accélérateurs de la croissance économique.

Déroulement de la réunion

Une communication sur l’état des lieux de la collaboration entre le Ministère et ses partenaires a été faite. Quelques constats ont été portés à la connaissance des participants. Après la signature de la convention de partenariat, la quasi-totalité d’ONGs n’en respectent  pas les termes, l’absence de communication est généralisée et les rapports de mise en œuvre des activités ne sont pas donnés.

Au cours des débats, les Directeurs Généraux se sont exprimés tour à tour sur l’état de collaboration entre les différentes Directions Générales du Ministères et ses partenaires sectoriels.

Révérien SIMBARAKIYE, DG de la Réintégration des Sinistrés (Photo par Elie HARINDAVYI)

Le Directeur Général de la Réintégration des Sinistrés Monsieur Révérien SIMBARAKIYE a salué la volonté manifeste des partenaires qui ont contribué dans l’élaboration de la stratégie Nationale des Sinistrés.

Il a tout de même déploré que sa mise en œuvre reste problématique surtout le manque d’un cadre d’évaluation de ses actions, les absences dans les réunions du Groupe Technique des Solutions Durables etc.

Il  a aussi fait  appelé le concours des partenaires pour la réintégration des ex-déplacés de Gatumba et de Nyaruhongoka.

Les Directeurs Généraux lors de la Réunion du Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociale et du Genre avec les Représentants des Agences des NU et des ONGs Locales et Internationales (Photo par Elie HARINDAVYI)

Le Directeur Général de l’Assistance Sociale et de la Solidarité Nationale Monsieur Joseph NDAYISENGA a quant à lui remercié la franche collaboration des partenaires mais à déploré certains d’entre eux qui cherchent à imposer les données qui ont été collectées sans le consensus avec le Gouvernement. Il a aussi parlé des autres organisations qui n’ont pas respecté la loi en vigueur et ont préféré fermé sans un moindre dialogue et passant outre le règlement en vigueur qui interdit la vente du matériel.

Claudine AHISHAKIYE, Directrice Générale de la Promotion de la Femme et de l’Egalité du Genre a.i au moment de la Réunion (Photo par Elie HARINDAVYI)

La Directrice Générale de la Promotion de la Femme et de l’Egalité du Genre a.i, Madame Claudine AHISHAKIYE a, à son tour, dénoncé certains partenaires qui cherchent à échapper les directives et préfèrent aller signer le partenariat avec les autres Ministère surtout dans la mise en œuvre de la Politique Nationale Genre. Elle a ainsi fait appel aux partenaires d’orienter beaucoup plus les actions dans le programme de renforcement des capacités économiques. Elle a demandé aux partenaires d’alimenter la basée de données genre.

III. Les Echanges

Les interventions des participants ont porté sur les appréciations et les défis.

Conille GARRY, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Burundi (Photo par Elie HARINDAVYI)

Le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies Monsieur Conille GARRY a indiqué  que le développement ne peut se concevoir sans stratégie nationale ainsi qu’une synergie de collaboration.

Pour y parvenir, il a souhaité que le Gouvernement puisse déterminer la responsabilité de chacun des acteurs ce qui permettra de mettre en place une structure efficace de coordination des actions.

Gervais BARAMPANZE, Assistant du Représentant de l’UNFPA a exprimé sa préoccupation de voir converger les efforts pour les interventions thématiques sur les violences basées sur le genre en insistant sur l’élaboration d’un programme d’intégration du genre dans le développent qui, à son avis, fait défaut.

Il a ensuite sollicité le Ministère à donner son avis sur la position à prendre en ce moment où les échéances budgétaires pour les partenaires ne coïncident plus avec celles du Ministère.

Vus Partielle des Participants (Photo par Elie HARINDAVYI)

D’autres interventions faites au cours de la réunion se résument en termes de vœux de promouvoir des actions concertées, faire des planifications conjointes et d’échanger régulièrement des informations.

A la fin des activités de cette réunion, des recommandations ont été formulé. Il s’agit de :

– Instaurer une plateforme solide pour coordonner de manière efficace les interventions du Ministère et de ses partenaires.

– déterminer la responsabilité de chacun des acteurs pour une coordination efficace.

Signalons qu’au total 55 organisation des Agences des Nation et des ONGs Locales et Internationales possédant un partenariat avec le Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociale te du Genre avaient répondu présents à cette réunion.

 

 

Comments are closed.